jeudi 20 septembre 2018

Il était un Indé... Et c'est Ludovic Metzker !

Mes amis, le temps passe décidément trop vite ! Voici déjà le troisième article de cette petit rubrique, une rubrique dont je ne suis pas peu fière, je dois bien vous l'avouer ! En effet, parce que j'ai rapidement découvert l'autoédition et ses courageux auteurs au début de mes folles tribulations blogulaires, il m'a toujours tenu à coeur de les soutenir et les défendre, de les promouvoir dans la mesure de mes possibilités tant j'ai déjà pu y dénicher de véritables pépites qu'il serait dommage de louper, tant j'ai déjà pu y croiser de véritables talents qu'il serait dommage d'ignorer...
Seulement je ne manque pas d'idées pour vous parler lectures de toutes les façons possibles, et mon organisation d'avant les vacances ne me permettaient plus de leur offrir la parole comme je le souhaitais... Alors ma petite cervelle s'est mise en action pour trouver une solution, celle de cette rubrique, qui a donc vu le jour à la rentrée... Et un jeudi s'il vous plaît, car il n'y a rien de tel que le #JeudiAutoEdition pour vous parler des auteurs autoédités !
Alors une nouvelle rubrique, c'est bien... Mais avec les ressources nécessaires pour l'alimenter : C'est mieux ! Je me suis donc mise en quête de la perle rare chaque semaine, chez les auteurs Indés et parmi leurs romans les plus précieux... Et chaque semaine j'ai eu le coup d'œil chanceux et le destin de mon côté, à n'en point douter !
Car voilà longtemps que je côtoie cet auteur sur les réseaux sociaux sans avoir eu l'occasion de lui parler... Une rencontre virtuelle que je dois à ce cher Jean-Paul, Livroriste de son état pour être au moins aussi passionné (si ce n'est plus !) que moi ! Je profitais donc d'un post sur lequel j'étais identifiée pour le contacter et lui proposer de participer à cette folle aventure... Sa réponse ne se fit pas attendre et c'est avec plaisir que je le vis accepter de répondre à ma petite série de questions indiscrètes ! Mes amis, c'est donc à Ludovic Metzker et son dernier roman intitulé "Le mur du temps" que revient la tâche de succéder à Audrey Lucido et Aurélie Tramier !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse rencontrer celui-ci : Bonne lecture !
 
 
Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Ludovic Metzker. J’ai été, durant plusieurs années, responsable commercial/responsable de collections dans le commerce du prêt-à-porter femme. J’ai bossé pour une enseigne réputée dans le bricolage et dans la bureautique. Je suis un passionné amateur d’histoire, de contes et légendes, de voyages, cinéma… 
 

D’où t’es venue l’envie d’écrire ?
Suite à ma découverte de grands auteurs comme Bernard Cornwell pour "La saga du roi Arthur" en trois tomes, Alexandre Dumas et "Le comte de Monte-Cristo", puis mon préféré de tous : Boris Vian ! Le premier m’a fait prendre conscience qu’il ne faut pas s’arrêter à la longueur d’un livre dès lors qu’une histoire se veut passionnante. Dumas pour son art de raconter une histoire sans insister lourdement sur les détails qui cassent un rythme, et Boris Vian parce que… Je suis "amoureux" de ce génie et qu’avec lui, j’ai compris qu’il était possible de parler "simplement", d’être parfois un peu vulgaire et d’avoir cette magie des mots. 
Ce sont les trois responsables de mon envie d’écrire. Alors attention : je suis un amoureux de ces auteurs, mais en aucun cas je ne les égalerai, soyons précis à ce sujet et puis : On ne remplace pas Vian😉 
 

Quelles sont tes sources d’inspiration ?
Je me souviens qu’un scientifique avait dit, un jour, que mère Nature était une source inépuisable d’inspiration à la fois en robotique, militaire ou en médecine. Il suffisait d’observer avec attention les animaux, les fleurs, et d’analyser le fonctionnement pour créer un objet ou concevoir un médicament. Il suffit d’observer, en silence, la Vie, les gens, cette chose invisible qui gravite autour de nous. Un sage disait que nous apprenons en nous taisant. Finalement, il avait raison puisqu’il suffit d’écouter en plus d’observer. Une fille a une peine de cœur ? Un jeune homme vient d’avoir son bac ? Des discussions dans un bus ou dans un bar, et voilà qu’on peut imaginer la vie de ces gens à notre guise, puisque la fiction permet d’aller au-delà ! On observe, on écoute… Et on invente la vie des gens !
 

Peux-tu nous parler de tes romans ?
Depuis 2013, j’ai écrit plusieurs titres, dont la saga "Et si demain n’existait plus ?" qui se veut un mélange de post-apocalyptique/horreur sans aucun dialogue. Tu trouveras aussi la saga "L’homme sans nom", un mélange qui oscille entre un Doctor Who à la française et un Code Quantum avec un concept bien précis puisque la saga est construite comme une série télévisée et plusieurs arcs narratifs assez complexes.
Je pourrais aussi te parler de "Morphéa" : une histoire plus "jeunesse" qui mélange les contes de notre enfance à un univers de "merveilleux" et du Fantastique. "Morphéa" est mon livre "chouchou". 😉 
Enfin, tu as mon dernier livre "Le mur du temps" qui trouve son public progressivement et qui plait énormément de par son concept : du Fantastique, une fiction, et surtout la vraie vie d’une partie de ma famille dont mon grand-père paternel, victime de la Shoah. 
Quasiment tous mes livres ont une touche plus ou moins prononcée de Fantastique tout en gardant l’objectif de raconter une histoire qui tente de sortir de l’ordinaire. 
Pourquoi t’être lancé dans l’autoédition ?
Nous n’allons pas nous mentir. Pour le moment, je ne suis pas du tout connu et les éditeurs veulent quelqu’un, en règle générale, qui va pouvoir se "vendre" de lui-même ! Un nom, une réputation ou des connaissances permettent d’accéder plus facilement à l’antre des éditeurs. Je ne désespère pas. Juste qu’il me faut plus travailler qu’un autre auteur ! Moins présent sur les réseaux sociaux, mais un boulot monstre car des idées qui ne cessent de jaillir.
 

Aux lecteurs réfractaires à l’autoédition, que dirais-tu pour les convaincre de te lire ?
Je peux comprendre qu’ils aient un peu peur de se lancer, mais j’ai envie de leur dire qu’ils loupent de sacrées pépites. Certains de mes confrères sont vraiment au top. Ce qui me peine, c’est d’entendre que ,si un livre n’est pas bon, il en résulte que cela provient du fait qu’il a été écrit par un "autoédité", comme si c’était honteux. Pourtant, je puis l’assurer, de grands noms écrivent parfois des livres… douteux ! Les deux mondes devraient se compléter, en finalité.
 

D’autres projets littéraires sont-ils en préparation ?
J’aime écrire. J’aime aussi inventer des histoires. A ce jour, je dois avoir un dossier qui en contient 25, dont cinq qui devraient voir le jour, très prochainement. Avec mon équipe de Bêta-lecture, nous sélectionnons les futures histoires : nous testons une "nouvelle" auprès de lecteur-tests et, une fois que celle-ci est validée, je continue l’écriture afin d’en faire un livre. 
2018 / 2019 : John, Katia, Rocco et Mimi… Les futurs héros de mes prochaines sorties !
 

Un petit mot pour la fin ?
Tout d’abord, merci à toi pour cette interview. Merci aux lectrices qui me suivent depuis le début. Merci à ceux qui entrent dans la danse et découvrent mes nombreux écrits. L’aventure a débuté en 2013 suite au pari d’un ami, et elle ne fait que commencer… A ceux qui hésitent encore à me lire, vous trouverez forcément une histoire plaisante ! 😉
 
 
C'est sur cette conclusion pleine d'enthousiasme que nous nous quittons mes chers petits ! J'espère vous avoir procuré l'envie de découvrir cet auteur fort sympathique et son impressionnante bibliographie, à commencer par exemple par son petit dernier intitulé "Le mur du temps", que j'ai pour ma part dévoré tant il est captivant, et dont vous trouverez ma chronique ICI pour plus de renseignements ! Encore une fois je le remercie vivement d'avoir pris le temps de répondre à mes questions, me permettant ainsi de vous le faire découvrir autrement ! Je vous souhaite une belle journée, et vous dis à tout bientôt pour de nouvelles aventures... Littéraires à coup sûr !

Chroniques 2018 \ Le mur du temps de Ludvic Metzker


Quand une histoire s'empare de l'Histoire pour bouleverser les lecteurs autant que les genres : "Le mur du temps" de Ludovic Metzker, disponible sur Amazon.

Le pitch : Espérant insuffler l'âme qui manque à son mémoire déjà bien riche selon sa meilleure amie, Benoît se rend au Mémorial de la Shoah mais fait un malaise devant un pan de mur de l'ancienne synagogue.... Un mur devant lequel Benjamin fit une prière 72 ans plus tôt après avoir été battu et laissé pour mort... Seulement le destin va s'en mêler puis s'emmêler pour inverser les corps et les époques, faire basculer les vies...

De cet auteur je ne savais rien, si ce n'est que mon ami, le grand Livroriste Jean-Paul, le connaît et apprécie tout particulièrement sa plume pour en faire un doux éloge sur les réseaux sociaux. Aussi est-ce avec plaisir et curiosité que je sautais sur l'occasion d'une publication de l'auteur pour me plonger dans son univers et découvrir  à mon tour sa bibliographie...

S'il paraît surprenant de vouloir conjuguer le genre fantastique au roman historique, l'auteur maîtrise sa plume et tient sa promesse en réalisant pareille prouesse, nous livrant cette histoire tout à la fois originale et poignante, mais incontestablement fascinante.
Une histoire qui s'empare de l'Histoire et met en scène deux personnages particulièrement attachants dont les vies vont s'inverser, les corps s'échanger, les destins basculer, les sentiments se bousculer. Le résultat est particulièrement bien ficelé en plus d'être tout à fait crédible, aussi le lecteur se laissera volontiers happer par cette histoire et ne pourra que s'émouvoir du sort de chacun tandis qu'il sera tout bonnement incapable de lâcher ce bouquin avant d'avoir franchi le mot de la fin...
Car au delà de ce récit fort bien construit et de ses protagonistes particulièrement touchants, c'est aussi la plume de l'auteur qui se veut fluide, efficace, élégante, servi par un style tout à la fois simple et soigné pour un moment de lecture d'une rare émotion et d'une grande intensité...

En bref, une magnifique découverte que celle de Ludovic Metzker dont je vais désormais suivre les travaux littéraires avec grand intérêt !

mercredi 19 septembre 2018

Bouquinist Park \ Du côté de chez Roseline : Le Livre des Âmes, Tome 1 - Bethany de Sylvie Ginestet

Si c'est toujours le corps qui lâche en premier, le mien commence sérieusement à m'escagasser ! Alors je n'ai absolument rien de grave, je vous rassure, juste un petit état grippal avec un peu de fièvre et le nez comme une fontaine... Seulement c'est exaspérant que de se voir terrassée par de malheureux cachetons et autres sachets supposés m'aider... Après avoir perdu le premier round contre un Dafalgan Codéine cet été, me voilà donc mise au tapis par un insignifiant sachet Fervex... Au moins je dors comme un gros bébé, on va essayer de positiver...
Fort heureusement mes fidèles acolytes embrigadés dans mes folles tribulations livresques sont bien plus solides et fiables que mon enveloppe corporelle ! Depuis le lancement du Bouquinist Park l'an dernier, ils n'ont pas une seule fois manqué à l'appel ! Avec ma meilleure amie Laura, ma Maman Roseline, mon compagnon Franck et ma chère collègue Françoise, ils sont désormais quatre à vouloir alourdir votre PAL de quelques titres supplémentaires par le biais de ma plume particulièrement volontaire ! Je les remercie très sincèrement de me suivre dans cette truculente aventure qui ne cesse de prendre de l'ampleur et s'étoffer de moult activités ! 
C'est aujourd'hui au tour de ma Maman Roseline de vous proposer l'une de ses dernières lectures : "Le Livre des Âmes, Tome 1 - Bethany" de Sylvie Ginestet ! En avant les amis !


Ce que dit la quatrième de couverture...
"Bethany est née en 1049, dans un petit village de pêcheurs en bord de mer. La vie était rude à cette époque et l’espérance d’une vie longue et prospère bien mince. À vingt-deux ans, le jour de son anniversaire, sa vie bascula dans le vide de la haute falaise près de la forêt. Elle n’avait pas voulu cela, elle avait glissé.
Alors qu’elle planait vers les vagues à vive allure, une main s’était tendue vers elle. Elle l’avait attrapée comme un mince espoir.
Ce jour-là dans les eaux glacées de la mer d’Iroise, elle rencontra celui qui allait changer sa mort…
Arny, Mathilde, Breanna et les autres ont tous un point commun : ils ont croisé Bethany. Elle est la petite main préférée de la Mort. Celle qui sait si bien choisir pour lui les plus belles âmes. Ces âmes qui rendent la mort patiente...
Mais patiente jusqu’à quel point ?"
 
Roseline a aimé... Oui, mais pourquoi ?
Si je crois me rappeler que ma mère a déjà lu d'autres livres de cette auteure, c'est en tout cas sur celui-ci qu'elle a flashé lorsqu'elle m'a accompagné au Salon du Livre de Bondues en mars dernier... Vous l'avez sans doute déjà compris depuis l'ouverture de cette rubrique, ma mère aime beaucoup le genre fantastique, aussi un titre comme celui-ci ne pouvait que l'intriguer et lui plaire, aussi assurément qu'elle a pu trouver cette couverture sombrement belle...
C'est donc curieuse et ravie qu'elle est repartie munie de son exemplaire, un exemplaire qu'elle a extirpé de sa propre PAL cet été et dont la lecture l'a captivée du début jusqu'à la fin !
Car l'auteure a su livrer une histoire particulièrement originale tout en demeurant accessible et susceptible de faire écho en chacun. La Mort est ici omniprésente, tant comme véritable entité pour laquelle Bethany joue les petites mains dénicheuses de belles âmes, mais aussi comme un état fatal sans être déprimant mais bien plutôt le pendant de la Vie, tout simplement.
Ainsi ma mère s'est volontiers laissée porter et emporter par ce curieux récit aux côtés de Bethany, laquelle forme avec la Mort un étrange duo qui fonctionne toutefois très bien. Alors on rencontre en même temps qu'elle un certain nombre de protagonistes qui ont chacun leur rôle à jouer tandis qu'elle leur offre ce fameux livre... Et ma mère n'a pas vu le temps passer que ce bouquin était déjà terminé, Bethany envolée, la Mort occupée...
Parce que ma mère s'est laissée séduire par cette plume fluide et agréable, que l'auteure se le tienne désormais pour dit : C'est avec plaisir que ma mère viendra se faire dédicacer la suite de cette étrange aventure, elle espère le plus tôt possible !
 
Résumons-nous pour finir...
Une histoire fascinante, des personnages captivants, une plume envoûtante... Combo gagnant pour ma mère qui a aimé ce bouquin à n'en point douter... Parce qu'il offre une autre vision de la Mort, une vision qui change sans pour autant heurter, et promet une suite à laquelle ma mère ne saura résister !
 
Alors à votre tour désormais de découvrir l'univers fascinant de Sylvie Ginestet ! Si je préfère toujours me procurer ce genre de titres au hasard de mes rencontres sur les salons, sachez que ce roman, ainsi que les tomes suivants tout comme ses autres titres, sont également disponibles sur Amazon juste ICI ! Belles lectures à tous !

lundi 17 septembre 2018

BookHaul de la rentrée spécial "Livre sur la Place" à Nancy !

https://youtu.be/jaZTxKm92Rc

Daddy... Daddy Books : Tordez le cou aux idées reçues de François Lenglet


Mes chers amis, c'est débordant de microbes et pourtant le sourire aux lèvres/livres que je m'apprête à lancer cette toute nouvelle rubrique un tantinet... Atypique ! Parce que la lectrice et blogueuse passionnée que je suis ne pourrait autant déambuler sans l'aide particulièrement précieuse de mes très chers parents, c'est avec un immense plaisir que je les mets ici en avant...
Vous connaissez déjà ma chère Maman Roseline, grande lectrice désormais embrigadée dans mes folles péripéties pour alimenter les "Bouquinist Park" et autres "Classique-moi... Si tu peux !", également ma photographe officielle au gré des salons sur lesquels nous nous rendons, il en est un autre, bien plus discret, qui déteste la foule, les photos ainsi que l'informatique... Et n'hésite pourtant pas à jouer les chauffeurs au volant du véhicule familial, estimant mes heures de sommeil bien trop faibles et le kilométrage de ma vieille Titine bien trop élevé pour me laisser partir en vadrouille sans veiller à ma sécurité... Et oui, c'est ça la DreamBookFamily !
Seulement mon Papounet répondant au nom de Jean-Pierre n'est pas un grand lecteur... Par manque de temps essentiellement, mais aussi parce qu'il s'estime trop lent pour venir à bout du moindre bouquin, ne lisant que le soir et s'endormant bien vite à peine la page tournée, les lunettes encore vissées sur le bout de son nez...
Je craignais donc de faire vivre un véritable calvaire à ce Paternel qui m'est si cher... Aussi la surprise fut-elle de taille quand je le vis s'intéresser aux stands et même dénicher quelques idées lectures... "Mais tu les liras aussi, hein ! Tu lis plus vite que moi et tu me diras si c'est bien !"
Alors oui cher Papounet, je vais les lire, tes bouquins, mais nous allons surtout les lire ensemble pour en faire partager le plus grand nombre dans cette petite rubrique qui t'est désormais réservée ! Mesdames et Messieurs, laissez-moi donc vous présenter cette première Daddy lecture pour la rentrée : "Tordez le cou aux idées reçues" de François Lenglet, paru chez Stock le 11 avril dernier, et repéré sur le Salon Livr'A Vannes s'il vous plaît !

 
L'auteur...
"Journaliste de presse écrite qui dirigea La Tribune de 2008 a 2011, François Lenglet dirige le service Économie de France 2, et est également le chroniqueur de la matinale de RTL. Il est le premier au classement des personnalités économiques des français. Son dernier livre, "Tant pis ! Nos enfants paieront", a paru chez Albin Michel en 2016." (Source : Le site des éditions Stock)
 
Le résumé...
"« L’immobilier est un placement sans risque », « L’euro a fait grimper les prix », « À la retraite, le niveau de vie baisse »… Qui n’a pas entendu, au comptoir d’un café ou dans un dîner en ville, l’une des multiples idées reçues en économie, mantra qu’on accepte en hochant la tête. Parce qu’on ne sait pas en fait quoi penser, quoi répondre et comment contredire. François Lenglet, le pédagogue de l’économie pour tous, nous explique ici comment démonter ces poncifs, dont les libéraux sont victimes tout comme les anti-libéraux. Car l’économie n’est pas une science exacte : il n’y a pas de lois dans ce domaine, mais des rapports de force, ou des modes amplifiées par le vacarme médiatique. Des bulles qu’il faut savoir dégonfler."
 
L'incipit...
"En blouse blanche, comme des scientifiques dans leur laboratoire, penchés sur de puissants ordinateurs qui livrent la vérité après des calculs complexes : c'est ainsi qu'on imagine les économistes."
 
Le lieu du crime...
Liv'A Vannes, Dimanche 10 juin 2018 en fin d'après-midi... Parce qu'il ne se voit pas faire le tour du Salon toute la journée, Papounet aime assister aux conférences, tables rondes et autres animations littéraires organisées tout au long de la journée... C'est ainsi qu'il s'est rendu à l'espace Rencontres au Salon du Livre de Vannes pour y écouter le Grand Entretien de François Lenglet, animé par Sébastien Le Fol, Directeur de la rédaction du magazine Le Point. Je me souviens avoir vu mon père revenir en trombe à l'issue de cette intervention en me disant "Il me faut le bouquin de ce mec-là !"... Euh, OK mais il s'appelle comment...? "Je sais pas."... Euh, alors le titre du bouquin...? "Je sais pas, mais il est bleu."... Ah oui, là tout de suite ça m'aide beaucoup... Heureusement le programme m'a révélé l'identité du fauteur de troubles, que nous sommes donc allés retrouver tranquillement installé à sa table pour obtenir un exemplaire dédicacé du fameux "bouquin bleu"...

 
Le Daddy verdict...
C'est bien fait comme bouquin !
 
La version sous-titrée d'Aurélie...
Alors même que je ne pige absolument rien à l'économie et que la notion même de chiffres me sort par les trous de nez (Il n'y a qu'à voir les relations avec mon banquier...!), je peux vous dire qu'il s'agit là d'un formidable ouvrage de vulgarisation de la matière, particulièrement clair et accessible à tous.
En outre les chapitres sont courts et bien distincts, ce qui permet une lecture rapide et sans ordre particulier.
Pour autant ce livre n'en est pas moins particulièrement riche et bien documenté, abordant les thèmes de manière simple, objective mais aussi précise... Sans apporter de solution miracle non plus, là n'est pas l'objectif ! Il permettra bien plutôt de comprendre davantage l'actualité sans se laisser entourlouper par les beaux discours que l'on viendrait à écouter...
 
Si ce premier Daddy Books est à présent terminé, c'est avec un réel plaisir que je l'ai rédigé ! Une lecture tout aussi atypique que la rubrique qu'elle vient d'inaugurer, mais une lecture enrichissante et instructive à n'en point douter ! Vous disposez désormais de tous les éléments pour vous renseigner plus avant sur cet essai... Je vous souhaite donc une bonne lecture et à très vite pour une nouvelle Daddy Lecture !

samedi 15 septembre 2018

Livres et vous ? Livrez-vous... Avec Nicolas Mathieu !


Le soleil devient timide, les températures rafraichissent et les vicieux microbes se rappellent à mon bon souvenir... Mes amis, je crois qu'il va falloir se faire une raison : l'été s'en est allé, parti en congés pour une année, laissant place à l'automne qui s'installe confortablement dans son petit nid douillet... Et moi dans tout ça ? Et bien moi c'est un mal de tête et son lot de frissons qui m'accompagnent pour la journée... 
Seulement c'est mal connaître la petite blogueuse passionnée que je suis que de croire ces petits symptômes capables à eux seuls de me rétamer ! Mouchoirs à portée et comprimés Doliprane dégainés, j'entends bien poursuivre mes littéraires activités, surtout un samedi, jour sacré et consacré à mes petites interviews chéries !
En effet rien ne me plaît davantage que de partir à la rencontre de ces auteurs et autres petites mains essentielles au passionnant monde du livre, ceci afin de vous dévoiler leurs lectures et le lecteur qui sommeille en chacun d'eux dans ces petits articles que je rédige depuis maintenant deux années... Et ce n'est pas prêt de s'arrêter !
C'est assez peu commun pour être ici raconté : L'auteur que j'ai l'immense plaisir de vous présenter aujourd'hui m'a donné une fulgurante envie de me gifler le week-end dernier... Ne faites donc pas cette tête, Nicolas Mathieu n'a pourtant rien fait, bien au contraire ! Car en dépit d'un emploi du temps particulièrement chargé, celui-ci acceptait de se prêter au jeu de mes petites questions indiscrètes que je lui transmettais par mail au terme d'un court échange bien chaleureux... C'est donc toute en joie, les yeux pétillants et le coeur en fête à l'idée de vous faire découvrir la rentrée littéraire à ma manière que je partais en expédition armée de mes totebags au Livre du la Place samedi dernier, fantastique salon littéraire organisé par la ville de Nancy sur lequel je... Loupais la présence de Nicolas Mathieu sur les lieux.. Il y avait tellement de monde que je suis sans doute passée une dizaine de fois à côté de sa table sans même l'avoir remarqué... Voyez que c'est à désespérer !
Mais ne nous attardons pas sur ces navrantes considérations ! Après "Aux Animaux la Guerre", l'auteur nous revient en cette rentrée littéraire avec "Leurs enfants après eux", un second roman également paru aux éditions Actes Sud dont la lecture m'a particulièrement plu mais aussi énormément touchée, tant et si bien que je ne pouvais laisser passer l'occasion de l'interviewer ! Et alors même qu'il était en déplacement, n'avait pas le temps ni même de PC, celui-ci s'est tout de même arrangé pour me confier ces quelques confidences littéraires... Moi je dis : Respect ! Et un immense merci !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse donc découvrir ses réponses... Bonne lecture ! 
 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Nicolas, je suis né sous Giscard, j’ai écrit deux romans, j’ai horreur de la randonnée et je dors avec des boules Quiès depuis l’âge de 18 ans.
 
Petit ou grand lecteur ? Quelle place tient la lecture dans votre vie ?
La lecture tient une place centrale dans ma vie, bien sûr. J’ai aimé lire dès l’enfance. J’y ai trouvé un espace et un temps à moi, où me construire et m’abriter. Plus tard, le cinéma est venu en renfort. Mais les livres sécrètent quelque chose de spécial, une intimité avec des gens qu’on ne connaît pas. Ils produisent des alliances. Ils ont ce mérite si grand de mettre des mots sur les choses que nous sommes impuissants à dire.
 
Quel a été votre premier coup de cœur littéraire ? Et le dernier ?
C’est avec Sherlock Holmes et Sir Arthur Conan Doyle que cela a commencé. Et le dernier livre qui m’a bouleversé, c’est "L’établi" de Roger Linhart. L’auteur y conte son expérience d’intellectuel établi dans une usine Citroën après mai 68. Un livre où la littérature et l’analyse socio-politique vont très loin, sans que la première ambition ne cède le pas à la seconde.
 
Y a-t-il un livre/auteur qui vous a poussé à écrire ? Quel a été votre déclic ?
Le déclic c’est en CE1, un devoir en classe. L’instit nous donne le début de l’histoire de Saint-Nicolas. Il faut imaginer la suite. J’ai rendu la meilleure histoire. Elle a été lue devant toute la classe. Je me souviens de mon sentiment à ce moment là, cette fierté, et l’impression d’avoir trouvé ce pour quoi j’étais doué.
 
Pouvez-vous nous parler de votre nouveau roman ?
C’est l’histoire de trois adolescents qui se tournent autour, se veulent et se détestent, au cours de quatre étés dans les années 90. C’est l’histoire d’une vallée où les hauts-fourneaux se sont éteints, de personnages qui tentent leur chance dans un monde qui finit. C’est l’histoire d’un amour et de cette part de liberté qu’on joue contre son destin.
 
Quel livre auriez-vous rêvé d’écrire ?
"L’île au trésor" de Robert Louis Stevenson. Parce que c’est un roman idéal, ingénieux, formidablement écrit, qui peut emporter n’importe qui et crée au moins un personnage inoubliable : Long John Silver. Ce n’est pas rien, de créer un grand personnage.
 
Si vous deviez comparer votre vie à un roman, lequel serait-ce ?
"Le métier de vivre" de Cesare Pavese (même si ce n’est pas un roman).
 
Quel est votre livre de chevet ? Celui qui cale votre bibliothèque ? Votre lecture en cours ?
Je lis et je relis quelques livres. "Voyage au bout de la nuit" de Louis-Ferdinand Céline. "Le livre de ma mère" d'Albert Cohen. "Madame Bovary" de Gustave Flaubert. "Portnoy et son complexe" de Philip Roth. Chaque lecture est différente. Adolescent, j’étais plus sensible au caractère grave des livres, aujourd’hui à leur humour.
Un livre me résiste depuis longtemps, j’y reviens et rien n’y fait : "Au-dessous du volcan" Malcolm Lowry.
Et en ce moment, je lis "Toutes les femmes sauf une" de Maria Pourchet.
 
Avez-vous déjà une idée pour votre prochain roman ?
Une idée très vague...
 
Un petit mot pour la fin ?
Pas vraiment. J’ai toujours du mal à conclure une histoire.
 
 
Voilà donc quel lecteur se cache derrière cet auteur particulièrement talentueux ! Si je regrette amèrement de l'avoir manqué au Salon du Livre de Nancy le week-end dernier, je ne désespère pas de pouvoir le croiser à l'occasion d'un prochain salon, non seulement pour me faire dédicacer mon exemplaire, mais aussi pour le remercier encore une fois de s'être si volontiers prêté à ce petit exercice littéraire, bien moins facile qu'il n'en a l'air ! Ses deux romans sont des pépites à ne manquer sous aucun prétexte, aussi je vous invite à vous ruer dans votre librairie la plus proche afin de vous les procurer ! Pour plus d'informations, n'hésitez pas à prendre connaissance de ma chronique juste ICI ! A très vite pour de nouvelles aventures les amis !

Chroniques 2018 \ Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu


Quand la nostalgie se fait roman : "Leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu, paru ce 22 août aux éditions Actes Sud.
 
Le pitch : Eté 1992. Parce qu'il ne fait pas si moche dans l'Est de la France, il faut bien trouver de quoi s'occuper pour oublier la chaleur et passer le temps... De quoi agrémenter l'adolescence d'Anthony de quelques conneries avant de traverser le lac et d'aborder les étés suivants... Mais surtout la vie...
 
N'insistez pas mes chers amis, de cette histoire je n'entends rien vous dévoiler : Parce qu'un roman comme celui-là vous parle et se vit bien plus qu'il ne se lit... Parce qu'un roman comme celui-là saura si bien raisonner en chacun d'entre nous que ce serait un crime que de vouloir le raconter ici...
 
Le pari n'était pourtant pas gagné... Alors même que je souhaitais découvrir la plume de cet auteur depuis longtemps, la couverture de ce roman fraichement sorti avait su réprimer mes envies, craignant de trouver là une romance sans saveur ni intérêt... Seulement la quatrième de couverture m'intriguait, et puis le pedigree du Sieur Mathieu cadrait trop mal avec cette idée... Aussi ai-je finalement suivi mon flair de lectrice avisée... M'évitant là une monumentale erreur que je ne me serais sûrement pas pardonné !
 
Avec une époustouflante simplicité, l'auteur nous offre en effet le roman de la plus grande aventure que chacun doit mener : Celle de la vie, dans tout ce qu'elle a de plus beau, de plus grand mais de plus rude aussi... Car la vie n'est décidément pas un long fleuve tranquille et se voit égratignée par une multitude d'émotions fort bien décrites ici...
Alors on s'attache à ces protagonistes qui la vivent, qui les vivent, on s'attache oui, et on suit leur évolution avec grand intérêt au fil de ces quelques étés trop vite achevés, de ces quelques pages trop vite défilées... Comme un vieil album photo qu'on a feuilleté avec plaisir et légèreté, mais avec nostalgie et mélancolie aussi...
Seulement l'auteur est bien trop fort pour s'arrêter là et, aux travers de ces personnages et avec sa plume la plus belle, la plus fluide et la plus efficace, c'est aussi le portrait de toute une génération qu'il nous dépeint ici, de toute une jeunesse à la fois pleine d'insouciance et en pleine désillusion, au coeur d'une France plus profonde, celle qu'on connaît sans même y penser, en proie au racisme, au chômage et tous ces maux qui ne cessent de la menacer... Pour un vieil album photo tel un souvenir des années passées, tel un témoignage pour les années à venir...
 
En bref, un roman particulièrement fort et touchant, empreint de nostalgie, de sincérité, d'authenticité... A découvrir sans hésiter !