lundi 18 mars 2019

Un petit concours exquis pour terminer Livre Paris !


Bonjour mes petits lecteurs chéris !   

Au terme de quatre jours de folie, Livre Paris 2019 touche à sa fin..  C'en est fini des yeux remplis de livres et d'étoiles... Le seul satisfait, c'est finalement mon banquier ! ^^

Mais alors que mon petit blog et ses trois petites années viennent tout juste de franchir le cap des 200.000 pages vues, je ne pouvais décidemment pas laisser ce petit rêve éveillé s'achever sans vous gâter...

En effet je suis toujours aussi émue, et même impressionnée de vous voir si nombreux à suivre mes folles tribulations et autres frasques littéraires d'un bout à l'autre du pays ! Aussi, et pour vous remercier, j'ai décidé d'organiser un... Concours ! 

Rien de bien original, je vous l'accorde, mais il me tient particulièrement à coeur de vous faire découvrir mes coups de coeur ! 

Au cours de ces quatre belles journées, j'ai donc sélectionné pour vous quatre titres, spécialement dédicacés par leurs auteurs à votre attention s'il vous plaît, car votre petite blogueuse n'entend pas faire les choses à moitié ! 

Vous attendent donc par ici : 
- Parasite d'Arnaud Codeville 
- Frappe-toi le coeur d'Amélie Nothomb
- Et tes larmes retenir de Charlotte Orcival
- Depuis l'au-delà de Bernard Werber 

Trêve de bavardages, les règles du jeu sont simples :    

Sur Twitter : 
 - Faire partie de mes abonnés 
- Aimer et retweeter le tweet épinglé sur ma page pour le concours 
- Laisser le ou les titres qui vous font baver en commentaire sous le tweet 

Sur Facebook : 
 - Faire partie de mes abonnés 
- Aimer et partager le post épinglé sur ma page pour le concours 
- Laisser le ou les titres qui vous font baver en commentaire sous le post 

Sur Instagram : 
 - Faire partie de mes abonnés 
- Aimer la photo du concours 
- Laisser le ou les titres qui vous font baver en commentaire sous la photo 

 Sur le blog : 
- Laisser le ou les titres qui vous font baver en commentaire sous cet article 

N’hésitez pas à multiplier vos chances en jouant sur chacun de ces réseaux ! Clôture du jeu ce Vendredi 22 mars à 23h59 ! Les gagnants seront tirés au sort le Samedi 23 mars, et auront le plaisir de recevoir leur livre dédicacé dans la semaine qui suit ! 

À présent c'est à vous de jouer ! Puisse le sort vous être favorable... Ou, plus simplement : bonne chance à tous !  

mercredi 13 mars 2019

Auteur'Loupe... Avec Primo Levi !

A peine lancée, voilà que ma nouvelle petite organisation se trouve déjà chamboulée ! C'est en effet Franck que vous auriez dû retrouver aujourd'hui pour son "JournaLivre" que je prends toujours beaucoup de plaisir à rédiger... Seulement Franck n'est pas encore tout à fait prêt, voyez-vous : Ne manquant décidément pas d'idées pour alimenter sa petite rubrique, il m'a demandé encore un peu de temps pour peaufiner son projet d'article afin de mieux vous gâter... Et comme l'idée me plaît énormément, qu'il en soit ainsi : Vous le retrouverez la semaine prochaine !
Aussi ai-je donc pris sa place au pied levé cette semaine, ravie de pouvoir vous parler de ces livres et leurs auteurs qui ont pu me passionner par le passé, sans pour autant que je ne puisse vous en parler, faute d'avoir un blog sur lequel partager... Une injustice que je tiens à réparer de temps en temps au travers de cette petite rubrique que j'apprécie tant !
J'ai choisi aujourd'hui de vous parler d'un auteur qui m'a profondément bouleversée lorsque j'étais au lycée : Primo Levi...
 
Quelques mots de bio...
Né le 31 juillet 1919 à Turin dans une famille de confession juive, l'italien Primo Levi a d'abord été chimiste avant de devenir écrivain et conférencier.
Après une brillante scolarité malgré de nombreux soucis de santé, il est reçu à son examen de chimie en 1937, mais doit pourtant le repasser au regard du climat antisémite qui commence à l'entourer, avant de parvenir, tant bien que mal, à intégrer l'Université de Turin et obtenir son diplôme de chimie en 1941... Un diplôme comportant la mention "de race juive" avec lequel il aura dès lors de grandes difficultés à trouver un emploi, contraint à travailler sous une fausse identité. 
Alors que Benito Mussolini récupère le pouvoir en 1943, Primo Levi intègre la Résistance mais est arrêté en décembre de la même année, puis déporté en février 1944 avec 650 autres juifs italiens au camp de concentration d'Auschwitz. Il sera libéré avec les rares survivants en 1945 par l'armée Rouge, et ne retournera à Turin qu'en octobre 1945 au terme d'un long périple.
Il retrouve très vite un emploi de chimiste mais commence à retranscrire ses souvenirs de camp. Il rencontre aussi Lucia Morpurgo avec qui il aura deux enfants. Son métier de chimiste le conduira à beaucoup voyager, notamment en Allemagne. Il visitera en outre Buchenwald en 1954.
Ses écrits connaissent peu à peu un grand succès mais il connaît également des périodes de dépression, notamment en 1963. Il cesse son activité de chimiste en 1974 pour se consacrer pleinement à l'écriture, mais décède le 11 avril 1987 à Turin dans des circonstances troubles, sans qu'on ne puisse établir avec certitude s'il s'agit d'un accident ou d'un suicide...


Quelques mots de biblio...
Primo Levi est essentiellement connu pour son incontournable témoignage sur la Shoah, intitulé "Si c'est un homme", qu'il achève en décembre 1946. D'abord publié de manière confidentielle en 1947 après avoir été refusé à maintes reprises, son oeuvre sera réédité en 1958 par le grand éditeur Einaudi, et connaîtra alors un véritable succès : Traduit en plusieurs langues, il sera également adapté au théâtre (1966), à la télévision et à la radio (1964).
En 1963 il publie "La Trêve", récit de son périple de retour en Italie. S'il publie également sous le pseudonyme de Damiano Malabaila. Il publie toujours des oeuvres diverses sous son nom véritable, tels que des récits de science-fiction, des poèmes ou encore d'autres livres de souvenirs.
En 1984, il écrit "Maintenant ou jamais", récit sur la Résistance au cours de la Seconde guerre mondiale, et participe à la construction du Foyer National Juif en Palestine. Il reviendra sur l'expérience concentrationnaire avec "Les Naufragés et les rescapés" en 1986.
 
Quelques mots d'amour...
Si j'ai toujours beaucoup aimé l'Histoire durant mon cursus scolaire, je n'ai jamais aimé étudier la Seconde Guerre Mondiale, lui préférant bien davantage des périodes plus anciennes comme l'Antiquité... Peut-être parce qu'il s'agit là d'une période encore trop proche de nous, d'un passé qui n'est pas encore révolu, dont nous gardons encore les stigmates à ce jour... Pour autant, on ne choisit pas lorsqu'on est en cours, et c'est ainsi que je fus amenée à lire "Si c'est un homme" de Primo Levi...
Un bouquin qui m'a profondément et durablement bouleversée. Simple et accessible au plus grand nombre, son dramatique réalisme n'en reste pas moins douloureux à lire et vous bousculera jusqu'au plus profond de votre âme. En tout cas c'est ainsi que je l'ai senti et ressenti, que j'en ai vécu sa lecture durant mes jeunes années, que je l'ai trouvé nécessaire... Non pas pour comprendre, car on ne peut décidément pas comprendre l'incompréhensible folie des hommes, non... Non mais pour se souvenir, pour ne jamais oublier de quoi l'humanité est capable quand elle bascule dans l'ombre, quand les cœurs se remplissent de haine...
Je me suis beaucoup intéressée à l'auteur à la suite de cette lecture et les circonstances de son décès m'ont, elles aussi, très sincèrement émues. J'ai voulu poursuivre ma découverte de sa bibliographie à l'époque, notamment avec "Les naufragés et les rescapés" ou encore "La trêve" dont je connaissais l'existence. Malheureusement je n'en ai pas saisi l'occasion, ne les trouvant pas en librairie ni en bibliothèque à l'époque... Et puis le temps a passé, les idées lecture ont défilé... Pour autant je n'ai jamais oublié cette idée...


Quelques mots d'actu...
Je ne parlerai pas d'actualité au sens propre du terme, mais il faut tout de même souligner le succès encore actuel de cette œuvre, qu'il me semble nécessaire d'avoir lu au cours de sa vie. Si j'ai pensé à vous parler de cet auteur aujourd'hui, c'est aussi parce que je tiens à saluer la magnifique œuvre que nous a offert Jean-Claude Grumberg avec "La plus précieuse des marchandises", un conte récemment paru chez Seuil et qui rejoint tout à fait l'œuvre de Primo Levi... Un conte qui m'a également chamboulée et que je vous invite à découvrir si vous ne l'avez pas encore fait !
 
Quelques mots de conclusion...
Cette lecture remonte à bien des années, pour autant  elle reste profondément gravée dans mon âme, mon coeur et ma mémoire. C'est à mon sens un livre qui fait partie des rares lectures indispensables et nécessaires au cours d'une existence : Pour ne jamais oublier ce dont les hommes ont pu être capables par le passé... Un passé pas si lointain qu'il n'y paraît et dont les fantômes rôdent encore aujourd'hui dans notre actualité...
N'ayant finalement lu qu'un seul livre de cet auteur, je serais bien mal avisée de vous conseiller un autre livre que "Si c'est un homme"... Aussi je vous invite à le lire ou à le relire, mais aussi à le faire découvrir : C'est important...

lundi 11 mars 2019

Parce que le retour des Poulets Grillés doit se célébrer : Un petit concours pour gagner "Art et décès" !


Bonjour à tous !
Si un concours se termine, c'est pour mieux lancer le suivant ! Mes chers amis je suis tellement touchée de vous voir si nombreux à suivre mes folles tribulations et autres pérégrinations littéraires que je ne peux pas m'empêcher de vous gâter dès qu'une occasion me le permet, heureuse de pouvoir ainsi partager avec vous mes coups de coeur livresques... Et dédicacés s'il vous plaît : Ce serait bien le comble de vous en priver !
 
Parce que je ne cache pas mon plaisir d'avoir enfin retrouvé ces formidables "Poulets Grillés" et la délicieuse plume de Sophie Hénaff, il me tenait à coeur de vous les faire découvrir en me procurant un exemplaire dédicacé de son truculent polar "Art et décès", tout spécialement dédicacé à votre attention le jour de sa parution !
 
 
Trêve de bavardage, les règles du jeu sont simples :
 
 Sur Twitter :
- Faire partie de mes abonnés
- Aimer et retweeter le tweet épinglé sur ma page pour le concours
- Laisser un commentaire sous le tweet
 
Sur Facebook :
- Faire partie de mes abonnés
- Aimer et partager le post épinglé sur ma page pour le concours
- Laisser un commentaire sous le post
 
Sur Instagram :
- Faire partie de mes abonnés
- Aimer la photo du concours
- Laisser un commentaire sous la photo
 
Sur le blog : 
- Laisser un commentaire directement sous cet article
N’hésitez pas à multiplier vos chances en jouant sur chacun de ces réseaux !
 
Clôture du jeu ce Vendredi 15 mars 2019 à 23h59 ! Le gagnant sera tiré au sort le Samedi 16 mars dans la journée, et aura le plaisir de recevoir ce livre dédicacé la semaine suivante !
 
À présent c'est à vous de jouer ! Puisse le sort vous être favorable... Ou, plus simplement : bonne chance à tous !

vendredi 8 mars 2019

Chroniques 2019 \ Qaanaaq de Mo Malø


Quand un auteur français s'essaie avec brio au polar nordique : "Qaanaaq" de Mo Malø, paru aux éditions La Martinière.

Le pitch : Bien qu'originaire du Groenland, Qaanaaq Adriensen ne connaît que Copenhague et le Danemark de ses parents adoptifs. Désormais flic, le voilà pourtant de retour sur sa terre natale pour aider la police locale après la mort de plusieurs ouvriers sur une exploitation pétrolière, prétendument attribuée à un ours polaire au regard des blessures infligées. Flanqué de l'inspecteur inuit Apputiku Kalakek, Qaanaaq va devoir s'accoutumer à ce pays, ses habitants et ses traditions pour remonter la piste du coupable... Et de ses origines...
Un auteur énigmatique, une couverture magnifique et un résumé intrigant... Combo parfait pour découvrir un Groenland moins blanc qu'il n'est paraît en compagnie d'un policier guère plus renseigné... Pour autant j'ai finalement différé cette rencontre, préférant résoudre cette enquête avec davantage de sérénité : Oui mes amis, je l'avoue volontiers : J'ai eu peur d'être influencée par tous ces avis que je voyais passer... Depuis les mois ont passé, les chroniques aussi... Quant à moi j'ai eu la chance de rencontrer son auteur en début d'année, perçant ainsi le mystère de son identité (N'y comptez pas : Même pas en rêve je ne trahirai le secret !) : Il était donc grand temps que je me plonge dans ce noir roman...
Un noir roman dans lequel je n'ai pas tardé à me laisser embarquer ! Si l'auteur est français, on saurait s'y méprendre, tant ce dernier semble s'être documenté au sujet de ce pays que l'on découvre et sillonne comme si on y était...
D'ailleurs si vous comptiez plonger dans un polar mené tambour battant, c'est manqué : A l'instar de ses acolytes scandinaves, notre auteur français cultive l'art de prendre son temps pour nous installer dans un véritable polar d'ambiance qui a tôt fait de nous happer, de nous fasciner.
On essaie ainsi de s'acclimater dans ces terres un brin inhospitalières oscillant entre tradition et modernité, dont tous les aspects sont ici abordés, qu'ils soient politiques,économiques, écologiques ou sociologiques... Tant et si bien qu'encore une fois on s'y croirait : Et ça fait toute la différence...
Une différence qui tient aussi à son personnage principal auquel on accroche sans hésiter. Etoffé avec beaucoup de soin, c'est bien volontiers qu'on se glisse dans ses pas pour mener cette enquête particulièrement complexe mais diablement maîtrisée. A l'instar de notre héros, nous ne connaissons rien des us et coutumes de ce pays qui est pourtant le sien, ce qui nous en rapproche tout autant d'un bout à l'autre du roman. 
Quant aux personnages qui gravitent autour de lui, à commencer par notre inspecteur inuit, ils ne sont pas en reste, ont chacun leur caractère et leur personnalité pour contribuer à l'avancée du récit.  
Mais au-delà du contexte fouillé, de l'intrigue rondement menée et des personnages fort bien campés, c'est aussi la plume de l'auteur, particulièrement fluide et captivante, presque hypnotisante, ce style simple, vif et efficace qui retiennent toute notre attention pour une immersion totale et complète, pour un moment de lecture qu'on ne voit décidément pas passer...
En bref, un polar à la fois prenant, enrichissant et dépaysant... Et un auteur qui n'a rien à envier à ses confrères du Nord pour imposer sa griffe...  

jeudi 7 mars 2019

Chroniques 2019 \ Manhattan Chaos de Michaël Mention


Quand le chaos s'empare d'un homme... D'une ville... D'un livre... D'une lectrice : "Manhattan Chaos" de Michaël Mention, paru ce jour aux éditions 10/18.
 
Le pitch : New York, 13 juillet 1977. Sous ses abords lumineux et paisibles, la ville de New York souffre de bien des maux. Déjà en proie à un été caniculaire pendant qu'un tueur en série sévit au croisement de ses rues et avenues, la voilà victime d'une vaste coupure électrique qui la plonge dans l'obscurité avant de la voir s'embraser de diverses violences... Pendant ce temps, Miles Davis est en manque. Lui qui a mis fin à sa carrière deux ans auparavant et vit désormais reclus dans son appartement, se voit contraint de sortir en plein coeur du chaos pour se procurer une dose... Durant cette nuit qui s'annonce bien longue...
 
S'il est un auteur qui sait me surprendre, c'est bien Michaël Mention ! Un auteur que j'ai eu la chance de rencontrer pour la première fois fin 2017 en me procurant "La Voix Secrète", mais dont j'ai finalement découvert la plume en 2018 avec "Power", un roman magistral pour un magnifique coup de coeur... J'aurais dû poursuivre cette incursion dans sa bibliographie avec "Jeudi Noir" que je m'étais procuré en début d'année à Bloody Fleury... Mais c'était avant de retrouver l'auteur avec la Ligue de l'Imaginaire au Cultura de Plaisir : "Manhattan Chaos" y était présent en avant-première... Vous me connaissez : je n'ai pas résisté...
 
Pour ne rien regretter... Et constater que Michaël Mention est un auteur caméléon : Peu importe le sujet dont il entend s'emparer, il saura le maîtriser pour vous livrer un roman d'un incroyable qualité.
Exit "Power", les Black Panthers et les sixties... Direction New York, Miles Davis et les seventies... Un roman singulièrement différent, dans lequel on retrouve pourtant tout l'ADN littéraire d'un auteur particulièrement inspiré mais aussi incroyablement documenté. En effet Michaël Mention ne laisse rien au hasard et nous livre ainsi une intrigue à la fois stupéfiante et enrichissante, captivante et originale dans laquelle on se laisse happer sans la moindre difficulté.
On y côtoie New York City comme la musique, mais surtout on y incarne Miles Davis comme jamais vous n'auriez pu l'imaginer, un homme plongé dans l'obscurité, au coeur de la Grosse Pomme comme au plus profond de lui-même...
Dès lors on vit plutôt qu'on lit cette ahurissante virée nocturne servie par une plume incroyablement fluide, musicale et percutante sur 200 pages qui défilent à toute allure et dont on se souviendra encore longtemps au terme de sa lecture...
 
En bref, un passionnant roman noir, profondément jazz et d'une intensité rare, confirmant sans conteste mon coup de coeur pour cet auteur... Une chronique que je vous livre un jeudi, c'est un signe : "Jeudi Noir" sera donc ma prochain cible !

mercredi 6 mars 2019

Bouquinist Park \ Du côté de chez Laura : La fille du roi des marais de Karen Dionne...


Mes petits chéris, c'est une blogueuse tous azimuts qui vous accueille aujourd'hui, et pour cause : Pas un week-end de libre avant plusieurs mois, une intervention en médiathèque à préparer, plusieurs tables rondes à envisager, un club de lecture à concrétiser, moult salons à dévaliser et autant de bouquins à dévorer : Oui je suis débordée, mais voilà qui me plaît !
Malheureusement il a fallu me rendre à l'évidence : Je ne suis pas non plus Shiva, et les bras comme les heures me manquent pour tout faire désormais.. J'ai donc choisi d'alléger plutôt que supprimer ou abandonner : Ainsi toutes mes rubriques subsistent mais leurs articles seront plus espacés... L'essentiel est bien de s'y retrouver, n'est-il pas vrai ?
Alors c'est reparti pour un tour et toujours en compagnie de ma DreamBookTeam ! Elle reste composée de Laura, Franck, Roseline et Françoise, quatre mordus parmi mon plus proche entourage, embrigadés à l'insu de leur plein gré pour vous offrir toujours plus de livres à bouquiner ! C'est aujourd'hui Laura qui prend le relais et s'apprête donc à vous présenter "La fille du roi des marais" de Karen Dionne, publié aux éditions JC Lattès !

Ce que dit la quatrième de couverture...
Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite  ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur  : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé  ?
Car Helena a un secret  : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé "Le Roi des Marais", c'est sa fille.


Laura a aimé... Oui mais pourquoi ?
Oui Laura a aimé, et pas qu'un peu s'il vous plaît ! Elle remercie d'ailleurs la libraire de Pontoise qui le lui a conseillé !
Pourtant le pari n'était pas gagné d'emblée, je puis vous l'assurer : En effet Laura trouvait le début "gnangnan" et "pas folichon" (Oui, ce sont des expressions qui semblent encore s'utiliser... Et moi je ne suis ici que le porte-plume de mes acolytes bienaimés ! ^^). Plus sérieusement Laura s'inquiétait d'un démarrage banal à souhait qui ne laissait rien présager de palpitant pour la suite du roman... Fort heureusement les choses ont vite (mal) tourné : La paisible mère de foyer voit son monde basculer et ses secrets en danger lorsqu'elle apprend l'évasion du "Roi des Marais"... La traque et le suspense peuvent ainsi commencer...
Car elle seule connaît son père et sait que les autorités font fausse route pour le retrouver. C'est elle qu'il cherche et seule elle pourra le retrouver. Tout au long du bouquin Laura a donc grandement apprécié l'immersion totale et complète au coeur même de cette intrigue particulièrement sombre et bien ficelée, favorisée par l'emploi de la première personne du singulier. Laura a également aimé alterner entre la traque du criminel et la vie de cette jeune fille dans les marais avec son père pour seul repère, éprouvant dès lors qu'un vrai lien se créait avec l'héroïne, tandis qu'elle la comprenait de mieux en mieux au fil des pages, percevait mieux ses ressentis, appréhendait ses analyses et son évolution jusqu'à aujourd'hui. Dès lors elle s'est volontiers laissée embarquer par cette intrigue comme par cette plume, et entend bien vous pousser à en faire de même si vous recherchez un bon thriller !

Résumons-nous pour finir...
Laura a adoré cette lecture et elle entend clairement le signaler ! Suggérée par une libraire lors d'une intervention en bibliothèque, elle est ravie d'avoir suivi ce conseil fort avisé d'une passionnée, car voilà longtemps qu'elle n'avait pas été aussi captivée ! Alors à votre tour de succomber à cette noire tentation ! Belles lectures à tous et à samedi pour de nouvelles aventures !

mardi 5 mars 2019

Chroniques 2019 \ Une vie avec la mort de Michel Guénanten


Plus que des mémoires, un témoignage sincère et touchant : "Une vie avec la mort" de Michel Guénanten, paru chez Fage éditions.

Le pitch : "Un thanatopracteur travaille avec son coeur et ses mains ; sans coeur, il ne sera jamais bon, il ne saura pas prendre le temps, comprendre les attentes de la famille. Peu à peu, on devient amoureux de notre métier. On traverse des instants de totale satisfaction, des moments de doute, on vit des situations qui nous troublent les yeux et nous nouent la gorge, des histoires rocambolesques... Des images, des bruits, des sons, des odeurs restent à jamais gravés en nous, et nous sommes les seuls à pouvoir les interpréter... Tels sont les risques du métier..."

Quand un extrait reflète à lui seul la personnalité que je m'apprête à vous présenter, nul besoin de vouloir prétendre à quelque résumé !
C'est à l'occasion d'une soirée organisée par les éditions French Pulp et consacrée à Stanislas Petrosky, auteur à l'origine de la série "L'Embaumeur" dont il vient de signer le treizième titre, que Michel Guénanten me fut présenté, son métier aussi. A l'instar du héros de la série Luc Mandoline, mais aussi de Stanislas Petrosky lui-même dans une autre vie, Michel Guénanten est thanatopracteur. Professionnel reconnu et expérimenté depuis maintenant plus de trente années, il nous a fait l'honneur de nous servir de guide au fil d'une exposition consacrée à l'évolution de son métier au Musée d'Histoire de la Médecine.
Plus qu'un bon pédagogue, et pas seulement parce qu'il a fondé deux écoles pour dispenser une formation de qualité à ses futurs collègues, Michel Guénanten est surtout un professionnel aussi passionnant que passionné. Au travers de notre échange comme dans le présent ouvrage, l'auteur nous transmet son savoir mais aussi ses anecdotes et autres souvenirs, tous les évènements marquants de sa vie l'ayant conduit à embrasser puis poursuivre cette incroyable carrière.
Souvent avec un brin d'humour, parfois avec colère, mais toujours avec amour, l'auteur met ainsi en lumière une profession de l'ombre pourtant essentielle à l'accompagnement dans la mort, pour ceux qui ne sont plus comme ceux qui restent encore.
Une vocation méconnue et parfois malmenée, qui requiert pourtant beaucoup de courage et d'humanité, comme le démontre ce petit ouvrage très enrichissant, succinct mais complet, dont l'ensemble du propos prend une dimension émotionnelle supplémentaire avec l'album photo qui vient l'achever.
 
En bref, un superbe témoignage, à la fois touchant et intéressant, sur une vocation peu ordinaire...