vendredi 15 janvier 2016

Chroniques 2015 \ De Mort Naturelle de James Oswald



Un polar atypique : "De mort naturelle", de James Oswald chez Bragelonne.

Le pitch : Fraichement nommé à son poste, l’inspecteur Tony McLean hérite d’une affaire sordide avec la découverte du cadavre d’une jeune fille violée, mutilée et crucifiée au sol, entourée de mystérieux objets et de bocaux contenant des organes humains, emmurée au sous-sol d’un vieux manoir. Mais ce crime, rituel semble-t-il, remonte à une soixantaine d'années, aussi McLean doit en parallèle apporter son concours à l’infâme inspecteur en chef Dugland… Euh Duguid! sur la résolution d’un autre crime atroce, celui d’un notable d’Edimbourg, retrouvé assassiné chez lui, éviscéré et la gorge tranchée. L’auteur est rapidement identifié mais ce dernier se suicide. Pour autant, d’autres meurtres sont perpétrés, selon le même mode opératoire et se soldant toujours par le suicide du meurtrier… L’intuition de l’inspecteur le pousse à penser qu’il existe un lien entre crimes du passe et du présent. Et tandis qu’une vague de cambriolages touche les domiciles de personnes récemment décédées, McLean et sa petite équipe, composée du jeune agent Stuart MacBride et du vieux sergent Bob Laird dit La Grogne, vont avoir fort à faire et devront utiliser tout leur talent pour résoudre cette enquête.

Thriller affublé d’un zeste de surnaturel, l’auteur nous livre là une enquête sombre et violente, prenante et rythmée. Le ton est donné dès le prologue, particulièrement violent. Les personnages principaux sont vraiment attachants, notamment l’inspecteur, particulièrement bien construit avec une vie personnelle difficile quand il est confronté au décès de sa chère grand-mère. L'auteur a un style bien à lui, l'intrigue est fouillée, l'écriture est riche mais fluide, ce qui permet une lecture rapide et passionnée. On devine certes vite le mystère, mais le dénouement n'en est pas gâché pour autant et le plaisir de lire reste entier.

En bref, un polar à lire et un auteur à suivre.