mercredi 27 janvier 2016

Chroniques 2016 \ Le Violoniste de Mechtild Borrmann


 
Un roman particulièrement prenant et poignant: "Le violoniste", de Mechtild Borrmann, aux éditions du Masque et Livre de Poche.

 Le pitch: Ovationné par un public en liesse, Ilia Vassilievitch Grenko, violoniste de grand talent qui s'est produit dans les plus grandes salles d'Europe, est arrêté dès sa sortie de scène et conduit à la Loubianka sous de fallacieux prétextes. Humilié et violenté pendant plusieurs semaines, il finit par signer de faux aveux, contre la promesse de l'officier Kourach que sa famille sera laissée tranquille. Il est alors condamné à 20 ans de travaux forcés, envoyé au camp de travail de Vorkouta, et son précieux Stradivarius, hérité de son arrière arrière grand père, disparaît. Quant à sa femme Galina, et ses enfants Ossip et Pavel, à qui l'on fait croire qu'il est passé à l'Ouest en s'enfuyant à Vienne, faisant de lui un traître à la Patrie, ils sont condamnés à l'exil et déportés pour 10 ans à Karaganda au Kazakhstan.
60 ans plus tard, Sacha, petit fils d'Ilia et Galina, et fils d'Ossip, dont l'enfance a été difficile et malheureuse, est contacté par sa sœur Viktoria qu'il n'a pas vu depuis des années, suite à l'étrange accident de voiture qui a coûté la vie à ses parents peu de temps après leur arrivée en Allemagne. Celle-lui demande de l'aider car elle a des ennuis liés à leur passé. Il quitte alors Cologne pour la retrouver à Munich, mais il n'a même pas le temps de lui parler qu'elle est assassinée sous ses yeux, tout comme l'a été sa logeuse. Étant rapidement soupçonné de ces meurtres, il récupère des documents dissimulés par sa soeur concernant la condamnation de son grand père et la disparition de son inestimable violon et, aidé de son riche et influent patron Reger, il part à Almaty pour élucider les mystères entourant le passé de sa famille.

 Reçu à l'occasion de la sélection du Prix des Lecteurs Polar du Livre de Poche, j'ai eu l'agréable surprise d'être littéralement happée par ce roman passionnant.

 L'auteur nous livre là un roman fort et poignant, nous précipitant avec un réalisme impressionnant dans la sombre époque du régime stalinien, ses purges et ses goulags. Par le biais d'une intrigue dense et savamment construite, alternant successivement sa narration entre Ilia, Galina et Sacha, l'auteur nous plonge avec talent au cœur de cette famille dont la vie a basculé. Envoûtée dès les premières pages et pleine d'empathie avec ces personnages si attachants, le lecteur est de suite pris dans cette spirale infernale et ne peut s'empêcher de tourner frénétiquement les pages pour connaître la vérité sur le destin tragique de cette famille. L'écriture est belle, le style fluide, ce qui rend la lecture de ce roman, pourtant si captivant et bouleversant, particulièrement agréable. 

 En bref, plus qu'un polar, un roman noir émouvant et passionnant dont vous ne sortirez pas indemne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire