mardi 30 août 2016

Chroniques 2016 \ Pièges et Sacrifices de Roger Smith


Un polar efficace et percutant : "Pièges et sacrifices", de Roger Smith, aux éditions Calmann-Lévy et Livre de Poche.


Le pitch : Au Cap, Chris Lane vient d’assassiner Mélanie Walker, la fille qu’il vient de ramener chez lui. Ce fils gâté d’une riche famille blanche, violent et dopé aux stéroïdes, est pourtant couvert une fois encore par Beverley, sa mère sans scrupule qui n’hésite pas à accuser Lyndall Solomons, le fils drogué de sa femme de ménage – noire – sans que son mari Mike – déjà trop coupable et trop lâche – n’ose avouer la vérité. Trop heureuse de pouvoir enfin résoudre une enquête avec ce coupable idéal sous la main, la police ne cherche pas plus loin et Lyndall est directement envoyé dans l’effroyable prison de Pollsmoor. Mais Louise, la sœur de l’accusé, voit clair dans le jeu des Lane, et est prête à tout pour rétablir la justice, au besoin par la vengeance…

Découvert à l’occasion du Prix des Lecteurs de Livre de Poche, je ne m’attendais pas à une plongée aussi captivante dans un thriller d’une telle noirceur.

L’auteur nous entraîne ici au cœur d’une intrigue sans concession des bas-fonds aux quartiers huppés de la ville du Cap, la révélant dans ce qu’elle a de plus sombre et violent. Dans cette ville où subsistent encore les vestiges tenaces de l’Apartheid, où la ségrégation raciale est encore prégnante et les discriminations tristement habituelles, l’auteur nous déroule un scénario d’une effroyable intensité, machiavéliquement bien pensé dans ses moindres détails, bouleversant son lecteur tout au long du roman avant un dénouement lui laissant un amer sentiment d’inachevé, avide qu’il est d’aller au bout des choses.
Véritable force du roman, les personnages sont particulièrement fouillés, notamment du point de vue psychologique. Le lecteur se glace rapidement d’effroi, confronté aux bassesses et aux sombres desseins de l’âme humaine. Pour certains détestables comme Beverley et son fils Chris, d’autres sont beaucoup plus complexes encore, comme Mike, ce père lâche et désabusé, ayant depuis longtemps baissé les bras, torturé depuis de trop nombreuses années pour ne pas avoir assumé ses responsabilités, ou encore Louise, cette jeune fille pourtant promise à un bel avenir, mais qui voit sa vie anéantie pour un crime que son frère n’a pas commis, et qui se transforme et s’assombrit peu à peu, prête à beaucoup, trop même, pour rétablir sa justice, faute d’obtenir celle de son pays. Au final, personne n’est ou ne reste innocent dans cette sinistre histoire, chacun se rapprochant inéluctablement de sa propre chute, sacrifiés tout en pensant pouvoir se sortir de ces trop nombreux pièges.
Aussi fluide que nerveux, le style de l’auteur est saisissant, et contribue beaucoup au choc que le lecteur ressent à la lecture de ce livre.

En bref, un roman choc, à découvrir.