samedi 27 août 2016

Livres et vous ? Livrez-vous... Avec Chloé Delaume !

Comme vous le savez désormais, je me suis lancée le pari fou au début de l'été de partir à la rencontre des auteurs et autres acteurs primordiaux de notre petit monde livresque, afin de vous faire découvrir leurs lectures et vous révéler le lecteur qui sommeille en chacun d'eux...
A l'occasion de cette rentrée littéraire 2016, c'est aujourd'hui Chloé Delaume qui me fait l'immense honneur de relever mon défi ! Indissociable de son chat joliment prénommé "Miss Tick" qui règne en maître sur son compte Facebook, celle-ci est connue pour pratiquer l'écriture sous toutes ses formes avec un rare talent. 
Auteure de divers écrits parmi lesquelles "Les mouflettes d'Atropos", "Le cri du sablier", "Dans ma maison sous terre", "Une femme avec personne dedans", ou encore "Où le sang nous appelle", cette dernière revient justement en cette rentrée littéraire avec une performance de haute voltige brillamment réussie : "Les Sorcières de la République", un roman atypique paru aux éditions du Seuil ce 18 août dernier.
En dépit d'un emploi du temps chargé et de quelques jours de congés amplement mérités, cette charmante auteure a malgré tout eu l'extrême gentillesse de prendre le temps de répondre à cette petite interview !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse donc découvrir ses réponses… Bonne lecture !
Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je suis auteur et performeuse. J'ai écrit une bonne vingtaine de livres depuis 2000, principalement des romans.
Petit ou gros lecteur ? Quelle place tient la lecture dans votre vie ?
La lecture m'a accompagnée très tôt, et longtemps. Mais depuis quelques années, je lis beaucoup moins, le besoin est moins viscéral, le regard plus technique. Je ne lis plus de la même manière, je n'attends plus les mêmes choses d'un texte. J'ai perdu le lâché prise, j'observe les méthodes de fabrication avant de me laisser porter par l'intrigue, et si la langue ne me touche pas, je ne me force plus.
Quel a été votre premier coup de cœur littéraire ? Et le dernier ?
Durant l'adolescence, la lecture de l'œuvre de Boris Vian a été déterminante. La fin de "L'Ecume des jours", surtout : "Il n'a pas du chagrin, il a de la peine". L'importance de la justesse des mots, je l'ai comprise là.
Mon dernier coup de cœur, c'est "Double nationalité" de Nina Yargekov, qui sort cette rentrée chez POL. C'est juste génial.
Y a-t-il un livre/auteur qui vous a poussé à écrire ? Quel a été votre déclic ?
En fait, c'est la lecture des revues de littérature et de poésie, dans le milieu et la fin des années 90. La Revue de Littérature Générale, TIJA, Boxon, Nioques, et les auteurs du catalogue Al Dante.
Quel livre auriez-vous rêvé d’écrire ?
"La disparition" de Georges Pérec!
Si vous deviez comparer votre vie à un roman, lequel serait-ce ?
Ma vie est toujours dans mes propres romans, même si je n'y suis plus frontalement un personnage de fiction.
Quel est votre livre de chevet ? Et celui qui cale votre bibliothèque ?
Tout Lydie Salvayre en poche, toujours à portée de main, je suis une très grande fan. Surtout de "La Compagnie des Spectres".
Et en guise de cale, un vieux Gaffiot!
Que nous préparez-vous pour votre prochain roman ?
Je suis dessus depuis quelques jours, je pense que ça va s'appeler "Toujours la même chanson". Quelque chose autour de la construction de l’identité féminine par la bande son, sur plusieurs générations de femmes, en France. Mais sous forme d'un roman policier. Y a du boulot.
Un petit mot pour la fin ?
Ce serait chouette, pour de vrai, un nouveau commencement.
Voilà donc quelle lectrice se cache derrière cette auteure aussi sympathique que talentueuse, dont j'attends d'ores et déjà le prochain romain avec une réelle impatience ! Je la remercie encore une fois très sincèrement d'avoir pris de son temps pour répondre à mes petites questions indiscrètes !
Retrouvez "Les Sorcières de la République", formidable roman de Chloé Delaume publié aux éditions du Seuil, dans toutes les bonnes librairies depuis ce 18 août !
Et pour plus d'informations, retrouvez ma chronique à son sujet ICI !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire