dimanche 11 février 2018

Chroniques 2018 \ Les Sept Stigmates de Jean Dardi


Un polar redoutablement efficace : "Les Sept Stigmates" de Jean Dardi, aux éditions City Thriller.
 
Le pitch : Paris en plein mois d'août. Alors qu'elle s'est délestée d'une bonne partie de ses habitants partis en congés vers d'autres contrées, la Capitale se fait le sinistre théâtre d'une série de meurtres sanglants... Rien ne permet de faire un lien entre les victimes, si ce n'est qu'elles ont toutes été égorgées après avoir reçu un mystérieux message... En cette période estivale, les forces de police ont elles aussi déserté, c'est donc au Commissaire Gio(vanni) Dell'Orso  et son équipe que revient cette enquête... Laquelle piétine faute d'éléments à se mettre sous la dent, et tandis que les cadavres s'empilent, la tension monte et la pression aussi...
 
Bien avisé celui qui lit et suit les conseils éclairés de ce cher Stephen dont je suis la page Facebook depuis quelques temps. Publiant toujours des avis d'une grande qualité, toujours argumentés et pertinents, c'est sans hésiter que je l'ai suivi en me procurant ce livre alors que je rencontrais l'auteur au Salon du Livre de Nemours le 27 janvier dernier. Force est de constater qu'il avait vu juste et que nous avons des goûts en commun, ce qui ne va sans doute pas plaire à mon banquier...
 
Passé un prologue aussi intense que déstabilisant, le lecteur n'a pas le temps de reprendre ses esprits que l'affaire est déjà lancée, sur les chapeaux de roue et sous la flotte s'il vous plaît. Un cadavre l'attend, le premier d'une longue série...
Le Commissaire Dell'Orso l'attend, lui aussi, à la tête d'une équipe plutôt atypique et détonante mais foncièrement attachante, et à laquelle il n'aura aucune difficulté à s'intégrer pour cheminer dans tout Paname et enquêter à leurs côtés. S'il paraît légèrement rustre et bourru aux entournures, il n'en est rien quant il s'agit de son trio de chattes auquel il est foncièrement attaché... Il n'est pas non plus homme à s'embarrasser de formalités procédurales... Pour autant c'est un pro notre Gio, et il va la faire avancer, cette enquête, à grands coups de flair et d'indices disséminés ça et là tandis qu'on se frotte de plus en plus à la psychologie du tueur aussi développée qu'elle se fait inquiétante...
Ne voyant pas le suspense s'emparer de lui, le lecteur se laisse ainsi happer et emporter par cette intrigue particulièrement bien pensée et menée tambour battant d'un bout à l'autre du roman. Le rythme est soutenu, le suspense est maintenu, tenant dès lors le lecteur en haleine, le poussant à tourner les pages avec fébrilité jusqu'à un dénouement à la fois brutal et magistral... Mais aussi outrageusement rageant pour qui n'a pas la suite sous la main...
Servie par une plume aussi fluide qu'efficace, un style nerveux, soigné, travaillé, l'intrigue n'en est que plus prenante, assurant un moment de lecture particulièrement intense...
 
En bref, un premier polar aussi inquiétant que captivant : Affaire à suivre... Sans tarder !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire