lundi 26 mars 2018

Chroniques 2018 \ Elijah de Noël Boudou


Un roman noir très noir d'où jaillit pourtant la lumière : "Elijah" de Noël Boudou aux éditions Flamant Noir.
 
Le pitch : Elijah est un "accident-miracle".
Né le jour où sa mère succombait aux coups, ces trop nombreux coups qu'infligeait quotidiennement son père à cette dernière avant même sa naissance, et à qui on a dû ouvrir le ventre pour l'en libérer...
Né le jour où son père se laissait surprendre par la réponse particulièrement violente de son frère, ce frère qui ne ressent plus la douleur à force d'être frappé sans relâche, et décide à 18 ans d'égorger son géniteur, avant de lui ouvrir le ventre pour s'en libérer...
Né avec un handicap sévère, Elijah devient alors le soleil de son frère, qui se dévoue corps et âme pour s'en occuper... Et le protéger de tout monstre qui viendrait à rôder...
 
Vous êtes désormais coutumiers de mes frasques littéraires, depuis le temps qu'on se connaît ! Aussi ne serez-vous pas surpris en apprenant la dernière, perpétrée lors du Salon Livre Paris avec la complicité de Stephen, talentueux chroniqueur sur sa page Facebook "Les Lectures de Stephen", rencontré virtuellement grâce au célèbre groupe des Mordus de Thrillers... Si j'ai en effet rencontré Stephen en chair et en os cette fois-ci, figurez-vous que ses paroles sont encore plus dangereuses que ses écrits, aussi me suis-je laissée convaincre d'acheter ledit bouquin alors même que je n'en savais quasiment rien... Oui vous avez bien compris mes chers amis, connaissant à peine la maison d'édition, je ne connaissais pas ce livre ni son auteur... Et pourtant j'ai foncé tête baissée sur le simple conseil d'un redoutable serial lecteur...
 
Alors on se lance dans cette lecture... Et on se prend un uppercut d'emblée, l'auteur mettant à terre son lecteur au terme d'un prologue aussi éprouvant qu'édifiant, donnant ainsi le ton sans autre forme de procès. Seulement le lecteur est courageux et ne se laisse pas abattre aussi vite, aussi tôt... Cette histoire l'intrigue alors il veut en savoir plus sur Elijah et son frère, ce jeune homme dont on connaît le courage comme la détermination avant d'en apprendre le prénom, cet ange-gardien qui ne laisse rien ni personne poser ne serait-ce qu'un regard déplacé sur son petit soleil adoré.
Pour un premier roman, l'auteur ne s'est pas embarrassé de clichés... Pas plus de scrupules ni de manières, il emploie la manière forte et vous gifle d'une histoire où tout est servi à l'état brut : la douleur comme l'amour, la violence comme l'émotion... S'il pêche parfois par l'excès, il n'en reste pas moins que l'auteur a écrit ce roman à l'encre de ses tripes et a su, contre toute attente, faire jaillir l'espoir et la lumière dans les ténèbres qui ont cru nous envahir avant de laisser place à un final, peut-être prévisible mais ô combien bouleversant.
Car dans ce roman noir évoluent des personnages au corps brisé, à l'âme torturée, à l'esprit hanté. Chacun d'entre eux a connu l'enfer durant son existence et se retrouve ainsi contraint de composer avec son passé et ses difficultés tout au long de sa vie... Il faut vivre avec ça, se dire que la vie continue... Et au milieu de ce champ de ruines éclatent de bulles d'amour de natures différentes... Mais celui qui nous marquera sans doute le plus est cet inconditionnel amour fraternel dont fait l'objet Elijah... Un amour sans borne ni condition qui vous submerge d'émotions jusqu'au point final...
Parce que l'auteur est fort d'une plume cash et trash, parfois excessive, plutôt douloureuse, souvent touchante, toujours efficace. Chaque mot y a son impact et raisonne, fait passer des messages qu'il s'agira de retenir tant ils sont lourds de sens...
 
En bref, "De l'ombre ou de la lumière... Lequel des deux nous éclaire...?" C'est bien la question qu'on se pose une fois cette lecture achevée... Une lecture vibrante et percutante, qui ne saura vous laisser indifférente...

2 commentaires:

  1. franchement ,je crois que je vais me procurer ce livre ,ça doit être aussi violent que magnifique

    RépondreSupprimer
  2. merci Aurelie de me l'avoir prêté,je viens de le terminer ,un peu hier soir et ce matin,c'est un livre en fait plein de lumière ,malgré son extrême violence ,on ne lâche pas ,on va au bout de la nuit pour voir la lueur du jour ,merci à l'auteur pour ce cadeau ,pour in premier roman ,c'esrt un coup de maître!!

    RépondreSupprimer