dimanche 25 mars 2018

Chroniques 2018 \ Vermines de Romain R. Martin


Un petite pépite aussi inclassable que détonante... Mais d'une noirceur hallucinante : "Vermines" de Romain R. Martin aux éditions Flamant Noir.
 
Le pitch : "Quatre ans se sont écoulés depuis la mort tragique du chien. Mille quatre cent soixante jours que je m'efforce de digérer. Ce n'est pas tant la perte de feu ladite bête qui m'a tourmenté au plus haut des cieux, mais bien les évènements qui se sont succédé avec un tel acharnement depuis sa disparition.
L'animal n'était qu'un prétexte, un déclencheur certainement, mais en rien la cause de mes tourments".
 
Je vois d'ici vos mines consternées... Oui je me suis contentée de retranscrire ici les premières lignes du premier (et du dernier) chapitre de l'œuvre en guise de résumé... Et non, je n'ai pas l'intention de vous en dire plus quant à l'histoire, ce serait un crime de gâcher ainsi pareil ouvrage ! Et vous pourrez japper tant que vous voudrez, je n'en démordrai pas !
 
Nos chemins ne semblaient pourtant pas destinés à se croiser... Je ne connaissais pas l'auteur... Pas même sa maison d'édition (je n'avais alors pas encore découvert la plume de Didier Fossey... Oui je sais, j'ai du retard à rattraper...) Seulement cette intrigante couverture est venue percuter ma rétine un soir sur les réseaux sociaux... Non contente du choc, elle s'est imprimée sur mon cerveau de lectrice passionnée pour m'y harceler jusqu'à ce qu'achat s'en suive... Si j'enrageais alors d'avoir loupé l'auteur au Salon du livre de Nemours, je savais pouvoir le retrouver à Livre Paris... La cible étant repérée, ne me restait plus qu'à patienter...
 
Désormais en possession du précieux, je peux vous assurer que ce dernier n'a pas fait long feu pour avoir été dévoré en moins d'une soirée... Celle-ci ne s'annonçait pourtant pas jouasse, l'auteur ayant la brillante idée de nous inviter à Bourganeuf, petit village de la Creuse... Traduction : le trou du cul du monde... Notre héros est un taxidermiste incroyablement paré de tous les défauts... Traduction : Un connard, high level s'il vous plaît... Ses acolytes ? Arnaud, un petit gars benêt mais sympathique, simplet mais alcoolique... Et Dame Clarence, une vieille bique de dernière fraicheur  avec ses 83 ans printemps et sa répartie de compét'... Voyez, une mortelle soirée en perspective...
Tellement mortelle que j'en venais à m'inquiéter quant à l'avenir du chien figurant sur la couverture... Et pas manqué, le malheureux s'est fait écraser par une armoire normande avant même que le livre n'ait commencé... Et c'est là que tout a dérapé...
En effet de la mort du canidé va découler moult péripéties auxquelles le lecteur, aussi amusé que médusé, va assister dans un noir absolu... Car ici tout est noir, de l'histoire à l'humour, rien n'est ici laissé au hasard. Et si le lecteur se gausse et rit des (més)aventures qu'Arnaud vit et subit, il assemble dans le même temps les pièces du puzzle que l'auteur lui distribue tout au long du roman, incapable d'en deviner le dénouement avant la lecture du dernier chapitre...
Pour porter cette histoire peu banale et les personnages qui vont avec, l'auteur s'est muni de ses idées les plus croustillantes et machiavéliques, de sa plume la plus mordante et ironique, de son style le plus acerbe et caustique pour nous livrer une lecture vraiment étrange et unique. Pour autant n'y voyez pas là qu'une simple histoire, celle-ci s'avère sans doute plus profonde et efficace qu'elle n'y paraît pour peu qu'on fasse preuve d'une certaine ouverture d'esprit...
 
En bref, je n'en dirai pas plus au sujet de ce roman bigrement atypique... Si ce n'est que je vous invite à le lire !

2 commentaires:

  1. Depuis ta vidéo c'est vrai que je suis très curieuse à l'idée de découvrir ce roman.. Je ne sais pas encore quand mais il me tente pas mal !

    RépondreSupprimer
  2. Bien d'accord avec toi Aurélie, une petite pépite de noirceur.
    Attention, cet OLNI peut choquer certaine âme sensible !

    RépondreSupprimer