mercredi 2 mai 2018

Chroniques 2018 \ 18 jours de Claire Bianchi


Une chronique sans doute différente pour un roman qui l'est tout autant dans ma bibliothèque comme dans sa bibliographie : "18 jours", de Claire Bianchi, disponible dès à présent sur Amazon.
 
Le pitch : A 42 ans, Alix a tout de la femme épanouie et accomplie : Mariée depuis 17 ans à Mathieu, avocat et père de ses deux enfants qui grandissent bien... Un job qui lui plaît énormément dans une boîte d'évènementiel dans laquelle elle se sent bien et relève tous les défis bien volontiers... Une belle maison, un chat, un chien... Pourtant un matin, elle sent bien que quelque chose ne tourne pas rond au fond d'elle-même.. Tâchant de faire taire cette voix inconnue qui tente de la malmener, c'est une épreuve d'une toute autre nature qui se présente à elle... Il s'appelle Julien Moretti, beau gosse caractériel revenu en France pour remplacer son cuisinier de père au pied levé et avec qui elle va devoir travailler...
 
C'est non sans inquiétude que je me suis lancée dans cette nouvelle lecture, dès lors que l'auteure me l'a très gentiment proposée tout en me précisant qu'il s'agissait là d'une lecture fort différente de ses romans passés... J'étais alors intimement persuadée que cette héroïne n'allait pas me plaire, que je risquais de trouver le temps long, que cette lecture serait sans doute un calvaire et que ce titre serait inévitablement celui de l'auteure que j'allais le moins apprécier... Comme je me trompais...
L'auteure a su en effet, et une fois de plus je dirais, m'emporter dans son intrigue tout à fait réaliste et sincère, pour la vivre pleinement, intensément, réellement... Humainement en fait. Car il s'agit là d'une histoire qui parlera à bien du monde, tant elle peut raisonner en chacun d'entre nous : Le bonheur se résume-t-il à ce chemin d'une vie tranquille et bien rangée, entrant dans les standards de notre société... Ou bien est-il susceptible d'évoluer à chaque étape de notre vie ? Et si d'aventure on s'était trompé de route ? Y en a-t-il seulement une, de route vers le bonheur ?
Loin d'être ce que j'avais pu en imaginer, l'auteure nous offre un roman sur la vie et les dangers de sa routine. Moi qui n'aime pas les romans érotiques, les quelques scènes de ce genre dispersées au fil des pages ne sont là que pour compléter le récit, l'aborder sous tous les angles, même les plus intimes, afin de mieux comprendre comment une vie si cadrée peut un jour basculer sans crier gare ni crier au loup à longueur de journée...
Et bien loin de m'agacer, je me suis attachée à Alix qui, finalement, cristallise sans doute nos peurs les plus secrètes... C'est une femme, tout simplement une femme en proie à des peurs, à des doutes que tout un chacun peut connaître... Je l'ai d'autant plus appréciée que l'auteure ne porte aucun jugement à son égard, nous laissant le choix d'appréhender la situation telle qu'on la voit, telle qu'on la comprend, telle qu'on la ressent... La juger serait même une erreur car nous ne sommes pas à sa place, et là encore j'ai apprécié le choix d'une fin que vous trouverez ouverte : Pas de leçon à retenir ici, nous n'en avons pas besoin et nous ne sommes personne pour en donner...
Si le roman s'avère ainsi fort différent des précédents bouquins de cette auteure que j'apprécie tant, on reconnaît tout de même sa patte, cette plume fluide et élégante, son style dynamique et soigné, pour un moment de lecture d'une rare intensité, d'une rare authenticité... Incapable que l'on est finalement de lâcher ce roman avant d'en avoir terminé... Car il vous faudra bien moins de 18 jours pour apprendre à connaître Alix... 18 jours, c'est bien plutôt le temps que met une routine trop bien huilée pour se détraquer dans un moment d'égarement....
 
En bref, un roman certes différent, qui n'avait a priori rien pour me plaire mais s'avère pourtant mon préféré de Claire Bianchi... Comme quoi, tout arrive ! Merci d'avoir su me faire sortir de ma zone de confort !

1 commentaire:

  1. Ta chronique donne bien envie, en tout cas. Je ne connaissais pas l'autrice, mais je me lancerai peut-être vu ce que tu en dis.

    RépondreSupprimer