mercredi 14 novembre 2018

Quand la presse se livre... JournaLivre \ Novembre 2018

Les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas... Ca tombe bien : Mes articles et leurs rubriques non plus, et c'est très bien comme ça ! Vous n'êtes pas sans savoir en effet que je suis une blogueuse un brin étrange et déjantée qui use de tous les stratagèmes possibles et imaginables pour vous parler lecture de 1001 façons possibles... J'ai même, pour ce faire, embrigadé mes plus proches acolytes que sont ma meilleure amie Laura, mon précieux compagnon Franck, ma super maman Roseline et ma chère collègue Françoise... Quatre mordus de lecture qui ont accepté de me suivre dans mes folles aventures, tout d'abord en alimentant le Bouquinist Park, rubrique qui leur est tout spécialement réservée, et plus récemment en mettant leurs propres passions à contribution pour parler bouquins autrement, chacun dans leur propre rubrique... Les voici donc à l'œuvre, à me communiquer leurs idées et autres ressentis, me permettant ainsi d'en faire naître un article afin de vous en faire profiter par ici...
Et c'est aujourd'hui Franck qui passe à l'action en nous présentant un petit condensé de ce qu'on pouvait récemment trouver entre les pages de la presse culturelle, sur une actualité littéraire d'autant plus riche et chargée à la suite de la rentrée littéraire qu'elle fait désormais la part belle aux prix qui en récompensent ses pépites ! Alors papier, stylo : Prenez note !
 
Des magazines, journaux et autres revues culturelles que Franck a dernièrement compulsé, il a pu relever que les mois de novembre et décembre sont primordiaux pour le monde littéraire puisqu'ils représentent désormais 44,6% des ventes annuelles de livres... Et les prix littéraires y contribuent largement !
 
Mais si la majeure partie de ces récompenses sont décernées durant le mois de novembre, il en est quelques-unes qui s'en détachent et s'en distinguent, à commencer par le très populaire Prix du Roman FNAC, lequel a dévoilé sa lauréate le 12 septembre dernier en la personne d'Adeline Dieudonné pour son premier roman "La vraie vie", paru aux éditions L'Iconoclaste.


Lui a ensuite succédé le non moins important Grand Prix de l'Académie Française, récompensant d'ailleurs son lauréat à hauteur de 2000 euros. Et c'est le 25 octobre dernier qu'il a récompensé Camille Pascal pour son roman "L'été des quatre rois", paru aux éditions Plon, le premier roman d'un historien conseiller d'Etat et plume de Nicolas Sarkozy, qui nous plonge au coeur des journées de 1830.

Se sont ensuite succédés les nombreux prix littéraires décernés ce mois de novembre, au premier rang desquels le Prix Femina (05 novembre) qui a consacré lauréat Philippe Lançon pour son roman "Le Lambeau", paru aux éditions Gallimard, récit de la lente et douloureuse reconstruction physique et psychologique après l'attentat de Charlie Hebdo le 07 janvier 2015.


A noter que ce prix se décline, tout d'abord avec le Prix Femina Essai, lequel a couronné Elisabeth de Fontenay pour "Gaspard de la nuit", paru chez Stock et dans lequel la philosophe livre un récit bouleversant sur son frère autiste ; mais également avec le Prix Femina Etranger qui a récompensé Alice Mc Dermott pour son roman "La neuvième heure" paru aux éditions La Table Ronde, un roman dont l'action se déroule parmi les nonnes à Brooklyn au début du XXème siècle.
 
Le lendemain c'était au tour du Prix Médicis (06 novembre) de couronner Pierre Guyotat pour son roman "Idiotie", paru chez Grasset, le texte autobiographique d'une figure subversive du monde intellectuel des années 1960 et 1970, aujourd'hui âgé de 78 ans, qui raconte quatre années de sa jeunesse entre 1958 et 1962, et notamment "sa" guerre d'Algérie, qui se finira au cachot et dans une unité disciplinaire. A noter également que le jury a remis un prix spécial à l'auteur pour l'ensemble e son œuvre.


De la même manière que précédemment, le Prix Médicis connaît aussi ses déclinaisons, à commencer par le Prix Médicis étranger, lequel a été décerné à l'auteure américaine Rachel Kushner pour son roman "Le Mars Club" paru aux éditions Stock, dont l'intrigue se déroule dans une prison pour femmes de Californie ; pour enchaîner avec le Prix Médicis de l'Essai, lequel a récompensé l'italien Stefani Massini pour son livre "Les frères Lehman" chez Globe. Ce n'est pas un essai mais plutôt une saga sur l'histoire de Lehman Brothers de 1844 à 1970, où comment une boutique de vêtements ouverte en Alabama par trois immigrés juifs est devenue la banque super puissante qui s'est effondrée en 2008.
 
Pas de repos pour les braves, alors après le Femina et le Médicis, c'est au Prix Renaudot d'être remis à sa lauréate (07 novembre) Valérie Manteau pour son roman "Le sillon" aux éditons Le Tripode, un livre qui ne figurait pourtant plus sur la liste, qui mêle une histoire d'amour autobiographique et une enquête sur le journaliste arménien Hrant Dink, assassiné par un nationaliste en 2007.


Là encore on trouve deux petites déclinaisons de la récompense, avec en premier lieu le Prix Renaudot Essai, lequel a récompensé Olivia de Lamberterie pour son roman "Avec toutes mes sympathies" paru chez Stock, le premier roman d'une journaliste responsable de la rubrique "Livres" d'Elle, également chroniqueuse dans "Le Masque et la Plume" tous les dimanches sur France Inter, et dans lequel l'auteure nous narre le suicide de son frère, qui souffrait d'une profonde mélancolie depuis la fin de l'adolescence. Enfin le Prix Renaudot poche a été décerné à Salim Bachi pour son roman "Allah, moi et les autres" paru chez Folio. A noter enfin que le Renaudot a également décerné un prix spécial à Philippe Lançon pour son ouvrage.
 
Mais la journée du 07 novembre fut décidément riche puisqu'a également été décerné ce jour le Prix Goncourt, lequel a été remis à Nicolas Mathieu pour son second roman "Leurs enfants après eux", paru chez Actes Sud... Oui, la maison d'édition réalise donc un doublé en deux ans puisque la récompense été décernée l'an dernier à Eric Vuillard pour son roman "L'ordre du jour" paru dans la même maison d'édition. Il s'agit là d'une fresque sociale et politique où l'on suit des ados en déshérence durant quatre étés (de 1992 à 1998) dans une vallée de l'Est de la France rongée par la désindustrialisation et la paupérisation, la France des lisières où le travail a fui été où l'on n'attend désormais plus rien de personne.


Et le lendemain (08 novembre) encore on retrouvait un autre prix, cette fois le Prix de Flore, lequel attribue à son lauréat la modique somme de 6100 euros... Et ce lauréat cette année, c'est Raphaël Rupert pour son roman "Anatomie de l'amant de ma femme" paru aux éditions L'Arbre Vengeur, à la fois journal désopilant d'un mari trompé et réflexion autour de la création littéraire... Mais aussi un premier roman.


Mais parce qu'un prix par jour n'était pas encore suffisant, ce même jour était dévoilé le Prix Décembre, lequel a récompensé Michaël Ferrier pour son roman "François, portrait d'un absent" paru aux éditions Gallimard, un récit hommage à son ami mort accidentellement par noyade avec sa fille.
 
Passons ensuite à un prix fraîchement décerné puisque c'est aujourd'hui qu'était connu le lauréat du Prix Interallié... Et c'est Thomas B. Reverdy qui remporte la récompense pour son roman "L'hiver du mécontentement" paru chez Flammarion.


Pour conclure, Franck déplore seulement que le grand oublié de ces prix soit David Diop et son roman "Frère d'âme" paru chez Seuil, qui figurait pourtant sur toutes les listes ou presque... Mais peut-être obtiendra-t-il le très attendu Prix Goncourt des lycéens, lequel clôture cette saison des récompenses et sera connu demain... En attendant la grande révélation, je vous souhaite à tous de belles lectures...

samedi 10 novembre 2018

Livres et vous ? Livrez-vous... Avec Didier Fossey !


Non mes amis, ne croyez pas que Noël soit encore si loin : C'est au contraire la dernière ligne droite, et je ne suis pas encore prête pour vous gâter comme il se doit... Car j'ai en effet un édifice de trente pierres à vous construire pour une surprise qui, je l'espère, saura vous faire plaisir... Une surprise qui prendra toute sa forme le 26 novembre prochain... Alors si je n'ai qu'un conseil à vous donner, c'est d'être prêts le jour J ! D'ici là, j'ai encore quelques salons à écumer...
C'est d'ailleurs en direct live de la Foire du Livre de Brive que je publie ces quelques lignes ! Car si de folles idées comme celle-ci s'emparent de temps à autre de mon esprit, jamais cela ne doit remettre en cause le principe de mes petites interviews chéries ! Ces petits articles que je prends plaisir à rédiger chaque semaine et pour lesquels je pars à la rencontre d'auteurs et autres acteurs essentiels au monde du livre, ceci afin de vous dévoiler leurs lectures et le lecteur qui sommeille en chacun d'eux... Non seulement je n'entends absolument pas y renoncer, mais je dirais même plus que j'ai justement décidé de vous présenter quelques-uns de mes auteurs préférés, qui ont su marquer mon année...
Et l'auteur que je m'apprête à vous présenter en fait incontestablement partie... Je me souviens l'avoir rencontré une première fois à Polar'Osny, sans que je ne m'attarde plus avant sur sa bibliographie... Ce n'est qu'à la Foire du Livre de Bruxelles, à l'occasion de laquelle il participait à une table ronde avec ma très chère Armelle Carbonel et leur même éditrice, que ses propos me poussèrent à découvrir sa plume avec "Burn out", son dernier livre alors sorti au format poche aux éditions Bragelonne... Depuis j'ai découvert les deux titres qui l'ont précédé mais aussi "ArtificeS" qui l'a suivi, sorti en juin dernier... A ma connaissance il ne me restait plus qu'un titre totalement différent à découvrir : "Na Zdrowie", publié il y a déjà quelques années mais depuis reparu, cette année chez French Pulp, du moins au format numérique, et je l'ai depuis chroniqué...
Alors il est devenu évident pour moi de l'interviewer afin d'achever cette découverte en beauté : je l'ai donc contacté pour lui proposer de se soumettre au jeu de mes petites questions indiscrètes, une proposition qu'il a bien volontiers acceptée, me comblant dès lors de bonheur de pouvoir ainsi vous le présenter ! Je remercie donc très chaleureusement Didier Fossey - puisque c'est de lui dont il s'agit, mais vous l'aviez sans doute déjà deviné ! - d'avoir accepté de nous offrir ces quelques confidences littéraires !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse donc découvrir ses réponses... Bonne lecture !
 
 
Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis né en 1954 à Paris. Après des études laborieuses j’ai obtenu un CAP de garçon de restaurant. J’ai travaillé de nombreuses années dans la restauration, notamment à bord du paquebot France. Puis en 1984 j’ai intégré la police nationale, où j’ai passé 30 ans, dont 18 ans en BAC de nuit. Mes meilleures années. Je suis à la retraite depuis 2015, et je me consacre entièrement à l‘écriture que j’avais redécouverte en 2009. Lors d’un déménagement, des choses que j’avais écrites il y a fort fort longtemps m’ont donné l’envie de m’y remettre. Je suis aussi un grand-père comblé par quatre petits-enfants, deux filles et deux garçons qui me prennent beaucoup de mon temps, mais j’adore ça.
 
Petit ou grand lecteur ? Quelle place tient la lecture dans ta vie ? 
Je suis un grand lecteur de thrillers et polars, la lecture tient une très grande place dans ma vie, je ne peux pas passer une journée sans lire. J’ai toujours un, voire deux livres en cours de lecture.
 
Quel a été ton premier coup de coeur littéraire ? Et le dernier ? 
Mon premier coup de cœur littéraire remonte à l’age de neuf ans avec "L'île mystérieuse" de Jules Verne, offert par ma grand-mère. Depuis je n’ai cessé de lire. Le dernier ? C'est "Entre deux mondes" d’Olivier Norek, qui m’a fait pleurer
 
Y a-t-il un livre/auteur qui t'a poussé à écrire ? Quel a été ton déclic ? 
Je pense que, dès mon premier Jules Verne, l’envie d’écrire était là, présente, je couchais souvent sur le papier les histoires que je me racontais. A l’école hôtelière j’écrivais des histoires inspirées de Frédéric Dard en mettant en scène les profs, les pions, les copines et copains. Succès assuré auprès des camarades féminines, un peu moins auprès de la surveillante générale qui, un jour, est tombée sur un de mes recueils. 
Le déclic ? Je dirais les déclics. Retrouver, au fond d’une valise lors d’un déménagement, des écrits datant de cette époque. Émotion et fou rire au rendez-vous. Et puis la lecture d’un livre, "Le magicien" de Jean-Marc Souvira. Les encouragements de mes proches, on était en 2009.
 
Peux-tu nous présenter ta bibliographie, et notamment ton dernier roman paru en juin dernier ? 
- Tr@que sur le web (2010, éditions Les 2 encres, réédité en 2017 par Flamant Noir Éditions) : Un tueur en série qui "recrute" ses victimes par le biais de sites de rencontres sur internet. La 1ére enquête du commandant Boris Le Guenn, qui apprendra qu’il ne faut pas se laisser piéger par les apparences...
- "Ad Unum" (2011, éditions Les 2 encres, réédité en 2016 par Flamant Noir Éditions) : Un tueur en série d’un genre particulier, qui se substitue à la justice, trop laxiste à son gout. Une seule peine, la mort. Un individu méthodique, retors et suprêmement intelligent qui va donner du fil à retordre à Boris. Mais tout rouage, aussi bien huilé soit-il, est susceptible de se gripper...
- "Na Zdrowié" (2014, éditions L’atelier Mosesu, repris par French Pulp en 2018, uniquement en numérique) : La série l’Embaumeur, avec un personnage récurent, Luc Mandoline, ancien légionnaire devenu thanatopracteur et qui a un talent fou pour se mettre dans les emmerdes. Il s’agit là plutôt d’un road-movie paramilitaire de Paris à Rostov sur le Don, la musique est de Mikhaïl Kalachnikov.
- "Burn Out" (2015, Flamant noir Éditions, et en version poche chez Bragelonne en 2017. Prix Polar du Lion’s club en 2015) : Un flic assassiné un soir de planque au père Lachaise, une enquête confiée au groupe de Boris Le Guenn, avec en parallèle, la descente aux enfers d’un des membres de l’équipe, parti à la poursuite de ses fantômes. Un livre d’une actualité brulante, mettant en avant les difficultés rencontrées par ces femmes et ces hommes chargés de nous protéger et de faire respecter la Loi. Le public ne s’y est pas trompé, plus de 25000 lecteurs...
- "ArtificeS" (2018, Flamant Noir Éditions) : La vengeance, les vengeances, celle d’une femme, abusée dans son enfance, qui retrouve ses bourreaux et utilise pour les éliminer ce qu’elle connaît le mieux, les feux d’artifices. Celle d’un homme, envers Boris, qui lui utilisera tous les artifices possibles pour arriver à ses fins. La pédophilie d’une part, sans complaisance ni voyeurisme, et la folie meurtrière d’un homme prêt à tout. Il est préférable d’avoir lu "Ad Unum" avant.
 
Quel livre aurais-tu rêvé d'écrire ? 
Deux. "Vertiges" de Franck Thilliez et "L’enfant aux yeux d’émeraude" de mon pote Jeckell (Jacques Saussey).
 
Si tu devais comparer ta vie à un roman, lequel serait-ce ? 
Je ne peux pas comparer ma vie à un seul roman. J’y mettrais bien sûr San Antonio pour l’ensemble de son œuvre, humour et dérision, je ris de tout. "Mako" de mon ami Laurent Guillaume, pour son personnage de la BAC qui me ressemble tellement. Une pincée de mon "Burn Out" qui correspond à une époque de ma vie (non, non je n’ai pas fait de burn out) et puis "Les voyages extraordinaires" de Jules Verne. C’est pas mal résumé.
 
Quel est ton livre de chevet ? Celui qui cale ta bibliothèque ? Ta lecture en cours ?
"Le Magicien" de Jean-Marc Souvira, je le reprends souvent, j’aime la façon dont il traite les passages "dans la tête du tueur". La tension est palpable, insoutenable parfois.
"La vérité sur l’affaire Harry Quebert". Ce livre m’est tombé des mains au bout de cinquante pages, j’ai souvent essayé de m’y replonger, rien à faire, quand ça veut pas ça veut pas. J’arrive pas à rentrer dedans.
En ce moment je lis "Signe de vie" de J.R. Dos Santos. Ce n’est ni un polar ni un thriller. Un roman d’anticipation, un observatoire astronomique capte une émission étrange venue de l’espace. Un objet se dirige vers la terre. L’ONU et la NASA préparent d’urgence une mission pour aller à la rencontre de ce vaisseau inconnu. Je ne suis pas un fan de science-fiction mais là il s’agit d’anticipation, une visite extraterrestre. Je suis un grand partisan du principe de médiocrité et persuadé que ce qui s’est produit sur Terre a très bien pu se produire ailleurs. Un jour peut-être, nos enfants ou petits-enfants auront la chance de vivre ça. En espérant que cette éventuelle civilisation soit moins belliqueuse que la nôtre.
 
As-tu déjà une idée pour ton prochain roman ? 
Oui, il est en cours d’écriture, mais je n’en dirai pas plus.
 
Un petit mot pour la fin ?
Lorsqu’à 15 ans j’ai annoncé fièrement à mon père que je voulais devenir écrivain, je n’imaginais pas, vu sa réaction, que ça se réaliserait. Un grand merci aux lectrices, lecteurs, blogueuses, blogueurs, à mon éditrice, et bien sûr à mes proches qui sont mon premier lectorat et mon plus grand soutien. Merci à toi chère Aurélie de m’avoir accordé cet interview.
 
Voilà donc le lecteur qui se cache derrière cet auteur de grand talent dont je suis particulièrement fière d'avoir enfin pu découvrir la plume... Oui je sais, il était temps ! Avant de clôturer cet article il me reste encore à remercier Didier Fossey... Déjà pour avoir accepté de répondre à ces quelques questions, nous permettant ainsi de le découvrir autrement, mais aussi pour ces passionnantes histoires qu'il nous fait vivre de sa plume, et également pour son éternelle bonne humeur et son incroyable gentillesse à chaque rencontre au détour d'un salon... C'est toujours un immense plaisir pour moi d'aller le saluer, et j'espère qu'une telle occasion se représentera bientôt de nouveau !
A votre tour désormais de vous plonger dans les polars de Didier Fossey si ce n'est pas déjà fait ! Ils vous attendent dans toutes les bonnes librairies ou au format numérique, notamment pour "Na Zdrowie"... Et pour plus d'informations, vous pouvez toujours consulter mes chroniques ICI ! Bon week-end et belles lectures à tous !

Chroniques 2018 \ Na Zdrowie de Didier Fossey


Une nouvelle aventure de l'Embaumeur sous la plume d'un auteur que j'affectionne particulièrement : :"Na Zdrowie" de Didier Fossey, désormais disponible en format numérique aux éditions French Pulp.
 
Le pitch : Un braquage qui tourne mal et vire au drame pour les forces de l'ordre... Un piège qui se referme sur Elisa... Et Luc Mandoline part en vadrouille de Paris jusqu'aux Balkans pour venir à son secours... Le programme s'annonce chargé pour l'Embaumeur dont on sait pourtant qu'il ne faut pas l'énerver...
 
De la série "L'Embaumeur" je ne connais pas grand chose, si ce n'est son nom, sa réputation... Et ses dernières aventures parues aux mêmes éditions French Pulp sous la plume de Stanislas Petrosky... Un exercice difficile s'il en est que de faire vivre une aventure de sa propre plume à un personnage qui ne vous appartient pas et dont il faut veiller à respecter l'environnement et la personnalité...
 
Mais ce serait mal connaître Didier Fossey que de douter de son talent à réussir pareille entreprise ! En effet l'auteur réalise ici une belle performance, judicieusement résumée comme "un road-movie paramilitaire" en quatrième de couverture, et dans laquelle il n'y a pas de place pour l'ennui ! Dès les premières pages, le ton est donné et le lecteur embarqué, lequel se retrouve alors incapable de lâcher ce roman avant de l'avoir terminé !
C'est avec un plaisir certain que j'ai pu retrouver Luc Mandoline, LE personnage récurrent de ces histoires pourtant fort différentes. Ne voyant plus le temps passer en sa compagnie, on le suit sans hésiter à travers l'Europe, peu importe les embûches et les dangers qui viendraient à se présenter. De sa plume, l'auteur nous fait vivre plutôt que lire la présente aventure tant il nous fait partager et ressentir la moindre émotion qui viendrait à se dégager de ces pages...
Car la plume de l'auteur est fluide mais aussi efficace, son style rôdé mais aussi soigné, ses chapitres courts mais travaillés pour un rythme soutenu voire même effréné... Et un moment de lecture aussi plaisant que mouvementé en compagnie de Luc Mandoline...
 
En bref, je n'ai fait qu'une bouchée de cet ultime roman de Didier Fossey qui manquait jusque-là à mon tableau de chasse livresque... Instant désormais difficile que celui qui nous contraint à devoir patienter jusqu'au prochain récit...!

jeudi 8 novembre 2018

Il était un Indé... Et c'est Amélie De Lima !

A vous mes petits chéris, je peux bien l'avouer : Je suis fatiguée... Oui je galère un peu ces derniers temps à vouloir cumuler mon boulot et les permanences, mon blog et les salons... Ma course et les entraînements... Mais avec moi c'est le serpent qui se mord la queue finalement, car j'en viens à rêver d'une bonne grasse matinée... Et pourtant de mes activités je n'entends rien lâcher... Définitivement je suis une fille compliquée...
Alors en attendant que je trouve un compromis satisfaisant en accord avec moi-même, il est grand temps de nous retrouver pour cette petite rubrique à propos de laquelle je ne cache pas ma fierté ! Désespérant en effet de ne plus trouver le temps (encore le temps !) de mettre en avant l'autoédition autant que je le souhaitais, j'ai finalement décidé de concrétiser l'idée qui m'a obsédée tout l'été avec cette petite rubrique qui leur est tout spécialement consacrée : Parce que seul, on va plus vite mais ensemble, on va plus loin, je me suis dit qu'un petit coup de main ne serait pas de trop pour un peu de lumière sur tout ce travail qu'ils effectuent seuls au quotidien... Et le #JeudiAutoEdition a naturellement fixé ce nouveau rendez-vous !
L'idée... La rubrique... Le jour... Ne manque plus que l'auteur pour être au grand complet ! Et c'est une auteure que j'affectionne tout particulièrement qui nous rejoint ce jour... Une auteure dont j'ai découvert la plume par hasard en me plongeant dans son premier roman, intitulé "Le silence des aveux", en tant que membre du jury du Prix des Auteurs Inconnus l'an dernier, et que j'ai ensuite eu la chance de rencontrer au Salon du Livre de Paris en mars cette année... Le temps (toujours le temps !) passe décidément trop vite, et tout cela remonte à trop longtemps déjà pour que son nouveau roman, "A fleur de bruine", n'attire pas mon attention au plus vite ! Et comme on aime joindre l'utile à l'agréable, j'ai voulu joindre la chronique à l'interview, ce qu'elle m'a fait l'immense plaisir d'accepter, et je l'en remercie du fond du coeur ! Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse rencontrer cette auteure : Bonne lecture !
 
 
Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis lilloise d'origine et je vis à Barcelone depuis quelques années. J'ai toujours été passionnée par la littérature et le théâtre. J'ai commencé à aimer le genre thriller dès petite, avec la collection Chair de poule, puis je me suis mise à écrire des nouvelles fantastiques et policières (j'étais fan de Théophile Gautier, Maupassant...). J'ai aussi eu ma période de contes russes puis j'ai dérivé vers des auteurs plus classiques, romanciers et poètes maudits, surtout.
Je me suis replongée dans le thriller il y a quatre ans, lorsque je venais d'arriver à Barcelone. Les longs trajets en train et métro m'ont fait entrer dans une petite librairie qui m'a conseillé un des romans de Gillian Flynn, et voilà comment "Le silence des aveux", a basculé définitivement vers l'obscurité...
 
D'où t'es venue l'envie d'écrire ?
J’ai toujours été assez solitaire en étant enfant, du coup, je passais le plus clair de mon temps à lire et à écrire.
 
Quelles sont tes sources d'inspiration ?
Mes sources d’inspiration sont ma ville d’origine, Lille, la psychologie, les faits divers et les émissions de serials killers…
 
Peux-tu nous parler de tes romans ?
Mon premier roman, "Le silence des aveux" est écrit dans un langage très simple, sans prétention. Il a les faiblesses typiques du premier roman, mais reflète bien l’état d’esprit dans lequel je me trouvais au moment de l’écriture. C’est un roman basé sur la psychologie des personnages, sur les souffrances et les conséquences de l’enfance sur l’adulte.
Mon second est une novella, "Voix Nocturnes", sur la relation entre une mère et son fils, et jusqu’où l’amour maternel est prêt à aller pour "couvrir" son enfant.
Le 3ème vient de sortir début octobre, "À Fleur de Bruine". On peut le considérer comme la suite du "Silence des aveux" car les personnages sont récurrents et reprennent l’histoire du premier. Mais on peut parfaitement le lire indépendamment aussi.
 
 
Pourquoi t'être lancée dans l'autoédition ?
Je me suis lancée dans l’autoédition parce que je n’ai jamais cru en moi ni en un quelconque potentiel. Du coup, j’ai autopublié "Le silence des aveux" en me disant, si j’ai la chance d’être lue par dix personnes, je serai la plus heureuse du monde... Et finalement, plus de 10000 lecteurs se sont laissé porter par cette histoire… Pour le reste, je ne sais pas, je ne me sentais peut-être pas capable ou pas encore prête…
 
Aux lecteurs réfractaires à l’autoédition, que dirais-tu pour les convaincre de te lire ?
Je dirais simplement qu’il y a de tout, comme dans les maisons d’édition. Maintenant, il est vrai que j’ai fait du chemin depuis "Le silence des aveux" (que je n’avais pas fait corriger tout de suite par manque de moyens). J’ai appris que les bêta-lecteurs/lectrices sont d’une extrême importance et que la correction professionnelle est un pas à ne pas négliger. La couverture est aussi une belle façon de nous promouvoir, c’est la vitrine de notre roman, donc elle doit être soignée.
 
D'autres projets littéraires sont-ils en préparation ?
En ce moment je prépare une nouvelle pour le "Projet 666" avec 6 autres auteurs géniaux. Tous les fonds du recueil seront reversés à la Croix Rouge. Puis un autre projet, personnel cette fois, verra le jour courant 2019.
 
Un petit mot pour la fin ?
Juste un grand merci pour cette interview qui permet de mettre en avant l’autoédition. Merci également aux lecteurs et lectrices qui me suivent et me font confiance, aux personnes qui m’entourent et m’encouragent, et qui ne se lassent pas de suivre ma Véro dans ses enquêtes Lilloises…
 
 
Et c'est sur cette belle conclusion que je remercie à mon tour Amélie De Lima... Pour avoir joué le jeu en répondant à mes petites questions indiscrètes avec autant de gentillesse et de rapidité... Mais pour sa plume aussi qui nous assure de belles heures de lecture noire en perspective... Alors j'espère très sincèrement vous avoir donné l'envie de découvrir cette fabuleuse auteure aussi talentueuse qu'adorable ! Ses romans comme sa novella vous attendent par ICI... Et pour plus d'informations, vous pouvez toujours retrouver ma chronique sur son petite dernier juste ICI ! Belles lectures à tous !

Chroniques 2018 \ A fleur de bruine d'Amélie de Lima


Une enquêtrice récurrente et un talent qui s'affirme : "A fleur de bruine" d'Amélie de Lima, disponible sur Amazon.
 
Le pitch : Lille et les abords de la Deûle connaissent encore des heures bien sombres tandis qu'on retrouve les corps mutilés et entravés de jeunes hommes dans un canal... Bien qu'assistée de Bettina Rosco, l'enquête s'annonce aussi douloureuse que difficile pour la Commissaire Véronique De Smet...
 
Si c'est un réel plaisir que de retrouver la plume d'Amélie de Lima, laquelle m'a beaucoup plu par deux fois déjà, l'auteure réalise la prouesse de réitérer l'exploit une troisième fois... Mais vous en dévoiler davantage sur l'histoire à ce stade serait un crime impardonnable que je ne suis pas prête à commettre sous peine de gâcher votre pleine et entière découverte !
 
Au delà de cette couverture dont je me dois de souligner la magnificence, l'auteure nous entraîne en effet au coeur d'une intrigue qu'elle a su penser dans les moindres détails pour la rendre tout à la fois retorse, originale et prenante. Les rebondissements et autres révélations sont tels que jamais le lecteur ne repose ce livre avant d'en avoir terminé avec lui, tant il se laisse porter puis emporter par ce récit haletant, mené et maîtrisé de main de maître de la première à la dernière ligne.  
Mais si cette intrigue est si captivante, c'est aussi parce qu'elle fait la part belle aux personnages qui la portent. En effet les personnages sont fouillés et étoffés avec beaucoup, de soin et c'est avec plaisir qu'on retrouve notamment Véronique De Smet qu'on apprend à cerner et connaître au fil des enquêtes... Des personnages qui ne sont pas exempts de failles et de défauts, dont la vie privée a son importance et n'est pas sans conséquence, ce qui les rend d'autant plus intéressants... Car d'autant plus réalistes et humains finalement...
La plume est toujours aussi belle, fluide et élégante, mais sans doute plus affirmée, son style plus efficace et assuré également, promesse d'une lecture nerveuse et rythmée, palpitante et addictive à n'en point douter !
 
En bref, Amélie De Lima fait partie de ces auteurs dont j'apprécie particulièrement la plume... J'attends désormais son prochain livre avec grande impatience !

mercredi 7 novembre 2018

Bouquinist Park \ Du côté de chez Laura : Lexie a la mémoire qui flanche de Sophie Kinsella...


Et c'est reparti pour un joyeux tour... Un petit tour qui dure deux mois et commence toujours avec le Club de lecture... C'était lundi, premier lundi du mois pour un deuxième bilan et un troisième lancement avant de nous retrouver aujourd'hui pour une nouvelle session du Bouquinist Park... Oui, novembre se présente donc sous les meilleures auspices avec tout ce qui nous attend...
Car le Bouquinist Park, c'est bien... Mais c'est quoi ? Et bien c'est la rubrique avec laquelle j'ai réussi à embarquer quatre mordus de lecture, parmi les plus proches de moi et les plus chers à mon existence, dans mes folles aventures littéraires et autres pérégrinations livresques particulièrement déjantées... Ils sont quatre en effet à me soutenir et à me supporter (dans le sens que vous le souhaitez !), et c'est avec ma meilleure amie Laura qu'on commence aujourd'hui, avant de prochainement retrouver mon compagnon Franck, ma maman Roseline et ma chère collègue Françoise... Soit pour la présente rubrique, soit pour celle qui leur est attribuée... Car ils ne chôment pas mes petits assistants, non : Ils lisent ! Ils lisent et nous partagent  ainsi leurs derniers avis lectures, concernant des titres que je n'ai pas (encore) lus ou des auteurs que je n'ai pas (encore) eu la chance de rencontrer... Pour le meilleur... Et pour le pire !
Alors ne perdons plus un seul instant et concentrons-nous pour l'heure sur le programme du jour ! Laura vient donc par ici nous livrer son opinion quant au roman "Lexi Smart a la mémoire qui flanche" de Sophie Kinsella, désormais disponible au format Poche chez Pocket !  


Ce que dit la quatrième de couverture...
Ce qu'on appelle un trou noir. Le black-out. Quand Lexi se réveille à l'hôpital, trois ans de sa vie se sont envolés. Entre-temps, Lexi la loseuse aux dents de travers, flanquée d'un boyfriend minable, a fait place à Lexi-les-dents-longues, wonder woman bien mariée, mal entourée, sapée luxe... Où, quand, comment ? Mystère et boule de gomme. Une chose est sûre : sa nouvelle vie ne lui ressemble plus. Remue-méninges en perspective...
 
Laura a aimé... Ou pas ?
En fan inconditionnelle de la saga "L'accro du shopping" qui n'a même pas pu attendre la version française du dernier pour retrouver son héroïne préférée, on pouvait légitimement supposer que Laura allait FORCEMENT adorer ce titre... Un titre sur lequel elle est d'ailleurs tombée tout à fait par hasard, à l'occasion de l'une de ses pérégrinations à la bibliothèque de sa ville... Après tout, de "L'accro du shopping" elle a déjà tout lu, au besoin en VO, alors autant découvrir celui-ci dans l'attente d'une prochaine sortie...
Mais contre toute attente, le bilan de Laura est finalement très mitigé quant à ce roman de Sophie Kinsella... Pour autant n'allez pas non plus lui faire dire qu'elle n'a pas aimé, elle ne s'en remettrait pas ! Seulement Laura a eu bien du mal à sympathiser avec la fameuse Lexi et son histoire... Il lui a fallu franchir la moitié du bouquin pour retrouver l'esprit et la plume de l'auteure, tout ce qu'elle apprécie tant dans sa saga favorite...
Cela étant, elle n'en démordra pas, elle s'estime trop exigeante avec l'auteure, car trop accro à "L'accro du shopping" pour être objective, et elle conclura tout de même en disant qu'elle a passé un bon moment de lecture... Soit !
 
Résumons-nous pour finir...
Et bien si nous résumons le propos de Laura, il s'agit là d'un livre d'une auteure qu'elle adore mais dont elle n'a pas apprécié toutes les pages... On notera tout de même que le thème s'avère une excellente idée, poussant sans doute le lecteur à réfléchir sur sa propre existence, à réaliser une petite introspection sur lui-même et déterminer si son bonheur est réel ou pas en l'état actuel des choses... C'est déjà pas mal, et Laura elle-même retiendra de cette lecture qu'elle lui fut tout de même agréable et plaisante... En-dessous du niveau de "L'accro du shopping", certes, MAIS tout à fait plaisante !
Quant à moi je vous conseillerai peut-être de commencer par "L'accro du shopping" plutôt que celui-ci pour découvrir l'auteure si ce n'est pas encore fait... Mais si d'aventure vous avez lu celui-là, n'hésitez pas à nous faire part de votre avis, il nous intéresse aussi ! Belles lectures à tous !  

lundi 5 novembre 2018

Bilan d'octobre et lancement de novembre... C'est le jour du Club de Lecture Virtuel !

Est-ce moi ou ce mois d'octobre était décidément trop pressé pour que je puisse seulement le voir filer ?! Et là vous imaginez votre petite blogueuse déjantée courir après le train du Grand Sablier... Je l'ai manifestement loupé, soit : Nous verrons donc le mois prochain ce qu'il en est... 
Mais j'y pense... Le mois prochain : Nous y sommes déjà ! Novembre est donc arrivé avec mon premier marathon, ma jolie trentaine et ma grosse surprise dans ses bagages... Mes amis c'est officiel : Nous n'aurons pas le temps de nous ennuyer ! Mais démarrons plutôt en douceur en ce premier lundi du mois : L'heure est au bilan puis au lancement de mon petit Club de lecture Virtuel, et je n'en suis pas peu fière !
Une deuxième édition qui s'achève déjà avec à peine moins de participants que la précédente : En effet nous étions treize participants à l'inscription... Un nombre qui ne s'invente pas quand il s'agit de se faire quelques frayeurs et de célébrer Halloween ! Rassurez-vous cependant mes chers amis, nous avons perdu deux participants en cours de route mais ils sont toujours en vie, ils ont juste manqué de temps pour boucler leur lecture dans les délais impartis ! Onze participants ont donc survécu à ce mois de l'épouvante et ont fièrement franchi la ligne d'arrivée pour nous parler de leur lecture ce mois-ci... Et alors ? Se sont-ils seulement fait peur... Ou pas ? La réponse se trouve ci-dessous mes chers amis !  
  • Plus on est de fous, plus on lit ! Aussi est-ce avec un plaisir sincère et curieux que j'ai retrouvé deux lectrices différentes pour un même livre... Et deux avis plutôt positifs ! Marine et Lolo ont donc eu l'audace de se plonger dans "Le Signal", le dernier roman de Maxime Chattam paru aux éditions Albin Michel le 24 octobre dernier :
Quatrième de couverture...

La famille Spencer vient de s'installer à Mahingan Falls. Un havre de paix. Du moins c'est ce qu'ils pensaient....
Meurtres sordides, conversations téléphoniques brouillées par des hurlements inhumains et puis ces vieilles rumeurs de sorcellerie et ce quelque chose d'effrayant dans la forêt qui pourchasse leurs adolescents...
Comment le shérif dépassé va-t-il gérer cette situation inédite ?
Ils ne le savent pas encore mais ça n'est que le début...
Avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ?
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ?
- Marine : J'ai choisi ce titre parce que je suis une fan inconditionnelle de Maxime Chattam, j'ai tous ses livres dans ma bibliothèque ! Même s'il sortait assez tard sur le mois d'octobre, je savais que j'allais l'acheter dès sa sortie et le lire sans attendre : La preuve !
- Laurence : Maxime Chattam est pour moi l'auteur qui m'a fait vivre des moments de terreur avec "La trilogie du Mal" parue en 2004. A l'époque je lisais très peu de thrillers, préférant les sagas familiales et c'est cette trilogie qui me donna l'envie de lire un tout autre style.
Depuis, je n'avais plus rien lu de cet auteur. Même si je suivais son actualité surtout ces dernières années, les avis stipulaient que son style était devenu différent donc cela ne m'attirait pas forcément. En juin dernier, lors de ma visite à St Maur en poche, j'ai eu la chance d'assister à la scène littéraire qui lui était consacrée. Il a bien sûr évoqué "Le signal" et cela m'a vraiment donné envie de le lire, l'horreur, le suspense, le surnaturel étant au rendez-vous.
 
Qu'avez-vous pensé de votre lecture ?
- Marine : Alors je n'ai pas eu peur à la lecture de ce livre mais il n'empêche que c'est un excellent roman appartenant au genre de l'horreur, qui reprend tous ses codes et dans lequel on trouvera même de nombreux clins d'œil à d'autres œuvres. J'ai retrouvé avec plaisir la plume magistrale et puissante de Maxime Chattam, qui sait installer une atmosphère sombre et menaçante, et fait grimper la tension au fil des pages. L'intrigue est si dense qu'il est impossible de lâcher sa lecture en cours de route, une lecture plus rapide qu'on peut le penser quand on voit la taille du livre. Je tiens enfin à souligner que l'objet-livre lui-même est magnifique !
- Laurence : Je n'irais pas jusqu'à dire que la peur fut au rendez-vous, enfin pas pour ma part. Mais l'envie d'avoir rapidement l'explication des disparitions, des meurtres, des suicides inexpliqués et ces bruits tels des cris de détresse qui terrorisent à plusieurs reprises les habitants fut surtout très forte.
Au final ce fut une petite semaine de lecture agréable où j’ai retrouvé avec plaisir l’écriture de Maxime Chattam, mais qui ne m’a absolument pas fait peur. Un petit bémol cependant, quelques longueurs, même si l’histoire a besoin de se mettre en place, trop d’événements semblables s’enchaînent et le plaisir de la lecture s’essouffle un peu. Cependant, n’hésitez pas à vous faire plaisir et à plonger dans les sombres recoins de Mahingan Falls.
Pour un avis plus en détails sur sa lecture, retrouvez donc la chronique de Laurence par ICI !
  • Poursuivons ensuite avec un auteur auquel deux lectrices ont succombé... Mais avec deux romans différents ! L'heureux élu n'est autre que mon coup de coeur de l'an dernier, j'ai nommé le grand et talentueux Sire Cédric/Cédric Sire ! Sophie s'est donc plongée dans la lecture dans son dernier roman, "Du feu de l'enfer", paru aux éditions Les Presses de la Cité, et plus récemment chez Pocket, le 08 mars dernier :
Quatrième de couverture...
Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur. Un jour, l'une des combines d'Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s'accumulent autour d'eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte, le capitaine Raynal s'intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l'épreuve les liens du sang.
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Euh... Est-ce suffisant si je dis que c'est de ta faute ? ^^ Plus sérieusement j'ai suivi tes chroniques le concernant l'an dernier et tu m'as donnée envie de le découvrir, ce que je n'ai cependant pas encore fait... Ce Club de lecture était donc l'occasion !
 
Qu'avez-vous pensé de votre lecture ?
En un mot ? Whaou !!! A peine ma lecture démarrée, je me suis retrouvée au coeur de l'histoire et au coeur de l'action ! L'auteur ne nous laisse aucun répit et ne cesse de nous surprendre, rendant même le suspense infernal ! L'intrigue est tout bonnement machiavélique et une fin magistrale... Quant à la plume, elle est superbe, intense, puissante : Une vraie bombe ! Je comprends désormais ton coup de coeur et je ne compte pas non plus m'arrêter là ! Merci à Sire Cédric pour cette lecture et à toi pour la découverte !

  • Enchaînons sans tarder avec Hamida qui a choisi quant à elle de découvrir "Avec tes yeux", un roman plus ancien de Sire Cédric, également paru aux éditions Les Presses de la Cité et chez Pocket :

Quatrième de couverture...
Depuis quelque temps, Thomas n'arrive plus à dormir. D'épouvantables rêves le réveillent en sursaut et l'empêchent de se rendormir. Et si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il devient la proie d'étranges visions. Par les yeux d'un autre, il se voit torturant une jeune femme... Persuadé qu'un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer.
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Voilà longtemps que je souhaitais découvrir la plume de cet auteur dont je n'entends que du bien. Ton petit club de lecture m'a poussée à sauter le pas, restait à savoir avec quel titre... Et c'est finalement celui-ci qui m'a fait le plus envie.
 
Qu'avez-vous pensé de votre lecture ?
Une lecture haletante et prenante comme je les aime ! Une histoire flirtant dangereusement avec le paranormal et pourtant très bien ficelée, ce qui la rend d'autant plus crédible et inquiétante. Un livre excellent de la première à la dernière page de par la plume percutante de son auteur qui ne laisse aucune chance à son lecteur. Un livre qui m'a tenu éveillée jusque tard dans la nuit, incapable que j'étais de le lâcher en cours de route. Une lecture à ne manquer sous aucun prétexte !

  • Adorable lectrice qui me suit depuis mes débuts de blogueuse, et blogueuse à son tour, ma chère Marie-Julie a une nouvelle fois pris part à ce Club de lecture, décidant quant à elle de lire "Le Manuscrit inachevé" de Franck Thilliez, paru aux éditions Fleuve Noir le 03 mai dernier :

Quatrième de couverture...
Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin après une course poursuite avec la douane. Dans le coffre, le corps d'une femme. À la station-service où a été vu le conducteur pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l'homme n'est pas le propriétaire du véhicule.
Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L'institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. Sa vie ? Un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L'Inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d'Opale, et le traumatisme de l'enlèvement de sa fille Sarah. L'agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire des quatre dernières années écoulées.
 Dans le vent, le sable et le brouillard, une question parmi d'autres se pose : vers qui, vers quoi se tourner, quand l'unique vérité est que tout vous devient étranger ?
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Je suis une grande fan de Frank Thilliez et j’avais acheté son dernier roman à sa sortie mais je n’avais pas encore eu le temps de le lire ! Le thème du Club de lecture de ce mois-ci était donc l’occasion parfaite de l’exhumer de ma PAL et j’aurais dû le faire bien avant.
 
Qu’avez-vous pensé de votre lecture ?
Avec ce thriller, l’auteur est vraiment allé loin dans la complexité de son intrigue et nous avons droit ici à une mise en abyme d’une mise en abyme, un roman à plusieurs niveaux façon "Inception" dans lequel il ne faut pas se perdre au début. Mais, Thilliez est tellement bon que le tout se met vite en place et, à travers de nombreux indices distillés dans le roman, il nous balade de rebondissement en rebondissement et nous manipule à chaque instant.
D’une écriture fluide et très cinématographique comme à son habitude, l’auteur maîtrise complètement son intrigue pourtant labyrinthique et la tension est bien présente. Certaines scènes sont bien gore et vous ne dormirez pas tout de suite si vous le lisez au crépuscule. Bref, Frank Thilliez réussit encore un tour de force en nous proposant ce thriller très tordu et engage une véritable partie d’échecs entre lui et le lecteur. Je vous laisse deviner qui gagne la partie et qui se retrouve abasourdi par la fin. N’hésitez pas, ce fut un vrai coup de cœur et vous ne le lâcherez pas !
Et pour un avis plus détaillé, la chronique de Marie-Julie vous attend par ICI !
  • Une autre lectrice et blogueuse particulièrement sympathique, qui me suit depuis mes débuts et renouvelle elle aussi l'expérience du Club de lecture ce mois-ci, c'est ma chère Aurore, laquelle a choisi un titre que je ne connais pas mais qui me tente bien, "La Maison bleu horizon" de Jean-Marc Dhainaut, paru aux éditions Taurnada le 29 juin 2017 :
Quatrième de couverture...
Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d'Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l'enquête bouleversante qui l'attend et les cauchemars qui vont le projeter au coeur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d'un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Ce qui m'a attirée en premier avec "La maison bleu horizon" est le fait que l'intrigue se passe pas très loin de là où j'ai grandi, dans la Somme. Parce qu'autant le dire tout de suite, les histoires de fantômes ce n'est pas trop mon truc. Pourtant le résumé de ce livre m'a titillée, et le fait que cela se passe à Villers-Bretonneux m'a fait espérer un lien avec la Première guerre mondiale (et quand c'est en lien avec l'Histoire, j'adhère !).

Qu'avez-vous pensé de votre lecture ?
Pourtant pas fan du genre en commençant le roman, je n'ai pas pu me détacher de l'histoire avant de tourner la dernière page. J'ai eu un véritable coup de coeur. La plume de l'auteur est telle que l'on vit à l'instar des personnages des moments de calme, de réflexion (mais que veut cet esprit ?) mais aussi les situations plus stressantes, angoissantes (comme le moment des manifestations paranormales). En plus de l’histoire de hantise (qui ne peut que plaire aux amateurs du genre), la part historique qui entoure ce livre est pertinente et enrichit grandement le récit. Les événements historiques y sont décrits avec précision, talent et exactitude.
Pour un avis plus détaillé d'Aurore sur sa lecture, je vous ai déniché la chronique qu'elle avait rédigé lors de sa première lecture, c'est par ICI !
  • Parmi mes fidèles qui me suivent dans mes folles aventures figurent également mes mordus préférés, à commencer par ma chère collègue Françoise qui a choisi "Les limbes" d'Olivier Bal, paru aux éditions De Saxus le 1er mars dernier :

Quatrième de couverture...
Vietnam, 1970. James Hawkins est une jeune recrue. Durant un assaut, il prend une balle dans la tête et croit mourir. Après un mois de coma, et tandis qu'il essaie de se rétablir dans un hôpital de Saigon, il découvre que quelque chose s'est éveillé en lui. Ses nuits deviennent des épreuves, son sommeil et ses rêves ne lui appartiennent plus. Désormais, lorsqu'il dort, il visite les songes des autres... Seuls les médicaments l'empêchent de rêver. Un an plus tard, un ancien frère d'armes, Nate Irving, vient frapper à sa porte. Il est venu le chercher pour participer à un projet secret sous la supervision de la CIA : Les Limbes. Direction une base perdue au fin fond de l'Alaska où James, accompagné d'autres individus dotés des mêmes capacités, va commencer à maîtriser ses aptitudes. Il découvrira ainsi qu'il peut non seulement explorer les rêves d'inconnus mais surtout en prendre le contrôle et les modifier. Mais certaines portes devraient rester fermées à jamais...
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Essentiellement parce qu’il traite de l’inconscient et de la violence, de la curiosité, de l’appétit de pouvoir qui dort au fond de nous, de la manipulation, mais aussi pour son côté fantastique qui nous raconte quelque chose qui vient de la nuit des temps et qui a été expérimenté dans beaucoup de société primitives, mais dans un autre cadre, celui du sacré et du collectif…

Qu'avez-vous pensé de votre lecture ?
J'ai beaucoup aimé cette lecture, d’abord parce qu’il est très bien écrit, que la mise en scène de la descente aux enfers est absolument impressionnante et très belle, elle pourrait être mise en images…
Mais aussi parce qu’au-delà du chaos qui va prévaloir, il y a place pour l’amour, l’amitié et la solidarité lorsque l’obscurité s’est imposée, mise en images de façon magistrale..
Et parce que c’est au final une expérience d’inter communicabilité qu’il nous est donné de connaître, que seuls les rêves peuvent combler...
Il faut accomplir cet effrayant voyage, vous en sortirez "autre"
...
  • Mais parmi mes mordus préférés qui me soutiennent et m'assistent quant à certaines rubriques se trouve également ma chère Maman Roseline ! Fidèle parmi les fidèles, c'est dans ma PAL qu'elle a finalement pioché ce titre qui me fait de... L'œil, oui, depuis longtemps déjà : "Les yeux" de Slimane-Baptiste Berhoun, paru le 15 novembre 2017 aux éditions Bragelonne :

Quatrième de couverture...
Tout en haut du Plateau, le vent pouvait rendre fou.
On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre, battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n'avaient pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine.
Et des morts étranges, violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. D’ordinaire, personne ne venait s’en mêler. Ni la gendarmerie du Village, ni les réducteurs de tête de Paris.
Si on avait écouté les fous enfermés derrière les murs de l’Orme, on y aurait peut-être vu l’oeuvre d’un monstre. Mais les fous, ça ne s’écoute pas, ça se traite. Ce que le psycho-chirurgien à la tête des affaires médicales de l’établissement sait faire d’une main de fer. À l’abri des regards. À condition de parvenir à se débarrasser définitivement de cette trop curieuse disciple de Lacan venue fouiner dans les dossiers de ses malades.
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ?
J'ai choisi ce titre par rapport au thème, mais aussi parce que tu nous l'avais proposé pour la prochaine lecture commune avec Laura. Ce n'est finalement pas celui qui a été retenu mais il me tentait bien, alors j'ai saisi l'occasion du Club de lecture pour le découvrir.
 
Qu'avez-vous pensé de votre lecture ?
Je ne suis vraiment pas déçue par mon choix, c'est un thriller fantastique qui fait froid dans le dos. Bien ficelée et efficace, l'intrigue nous tient en haleine toute la lecture durant, c'est un véritable page-turner particulièrement haletant en plus d'être enrichissant. Une plume fluide et agréable à lire, un auteur à découvrir !
 
  • Badia a elle aussi choisi de prendre part à l'aventure du Club de lecture ce mois-ci, en choisissant de rencontrer pour l'occasion "Le couple d'à côté" de Shari Lapena, parus aux éditions Les Presse de la Cité le 21 septembre 2017 :
Quatrième de couverture...
Ne vous fiez pas au bonheur de façade...
Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins. Au dernier moment, la baby-sitter leur fait faux bond. Qu'à cela ne tienne : ils emportent avec eux le babyphone et passeront toutes les demi-heures surveiller le bébé. La soirée s'étire. La dernière fois qu'ils sont allés la voir, Cora dormait à poings fermés. Mais de retour tard dans la nuit, l'impensable s'est produit : le berceau est vide.
Pour la première fois, ce couple apparemment sans histoire voit débarquer la police chez lui. Or, la police ne s'arrête pas aux apparences... Qu'est-ce que l'enquête va bien pouvoir mettre au jour ?
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ?
J'ai choisi ce livre car le titre a attisé ma curiosité. On devine un certain mystère et ça colle avec le thème...
 
Qu'avez-vous pensé de votre lecture ?
Ce roman m'a mise dans la peau d'un couple qui doit faire face à la disparition de son bébé... C'est un thriller qui nous accroche dès les premières pages. Le policier en charge de l'affaire va devoir débuter son enquête avec le peu d'indices qu'il décellera : la petite a littéralement disparue de son lit. On ira de surprises en surprises, rythmées par des révélations inattendues jusqu'à la toute fin... Je le recommande !
 
  • C'est avec grand plaisir que j'ai également vu ma copine blogueuse Hélène se joindre à l'aventure, ce d'autant plus qu'elle a choisi "1974" de ce cher Arnaud Codeville, roman autoédité publié le 1er mai 2016 :
Quatrième de couverture...
À Sebourg, petit village du Nord de la France, c’est l’effervescence. Les pompiers mettent le feu au 16 de la rue Jean Jaurès. La plupart des habitants se massent pour admirer le spectacle. Tous redoutent la vieille demeure et tous se réjouissent de la voir disparaître à jamais du paysage et pour cause : elle serait hantée… Parmi la foule de curieux, un homme assiste à l’incendie. Il est sans doute le seul à être aussi fasciné par l’agonie de la bâtisse… Pour rien au monde, il n’aurait raté ce moment.
 
Pourquoi avoir choisi ce titre ? 
A l'origine je ne suis pas amatrice du genre horreur/frisson, et pourtant Arnaud Codeville est parvenu à me faire découvrir et apprécier le genre avec son premier roman "La tour de Sélénite". Halloween approchant, c'est donc sans hésiter qu'à la lecture du thème choisi par Aurélie pour ce mois d'octobre, mon choix s'est vite tourné vers "1974", le second livre écrit par cet auteur. D'autant qu'il traînait dans ma pile à lire depuis deux ans, je n'avais plus aucune excuse cette fois-ci ! 
 
Qu'avez-vous pensé de cette lecture ?
En un mot : effroyable ! Une lecture aussi effroyablement talentueuse qu'elle nous poursuit dans nos rêves une fois le sommeil venu ! J'ai une fois de plus été transportée par les descriptions affûtées de l'auteur qui nous donnent mal au ventre, nous hantent et nous dérangent parfois, allant jusqu'à nous terroriser à petit feu au fil des pages. L'intrigue est incroyablement bien ficelée et documentée. J'ai adoré ! 
  • Last but not least, ma chère Bookstagrameuse June n'a pas ménagé ses efforts pour ce Club de lecture en décidant de corser l'exercice et ainsi lire un titre... En VO ! C'est avec plaisir que je la laisse donc vous parler pour finir du livre "A touch of dead" de Charlaine Harris :
Quatrième de couverture...
"La première fois que l'on m'a demandé d'écrire une nouvelle autour de mon héroïne Sookie Stackhouse, je n'étais pas sûre d'y parvenir. La vie de Sookie, son histoire, sont si complexes que j'ignorais si j'étais capable de créer une fiction courte mais cohérente qui lui rende justice. [...] Je me suis bien amusée à écrire ces histoires. Certaines sont totalement joyeuses, d'autres plus sérieuses, mais elles éclairent toutes une petite facette de la vie de Sookie que je n'ai pas rapportée dans les romans. J'espère que vous éprouverez autant de plaisir à les lire que moi à les écrire." Charlaine Harris
 
Pourquoi ce livre ?
Il y a quelques années, j'ai découvert Charlaine Harris grâce à la série "True Blood". J'avais tellement aimé cet univers que j'avais acheté et dévoré les dix premiers tomes ! Ces derniers temps, je pensais justement faire une relecture de cette saga... Le destin a dû m'entendre puisque j'ai trouvé les deux premiers tomes en VO dans une boite à lire mais aussi ce recueil de nouvelles ! Je n'en connaissais même pas l'existence ! Du coup, j'ai trouvé tout ça parfait pour me lancer dans cette lecture pour le club ! 
 
Ce que j'en ai pensé ? Déjà, j'avoue être fière de moi parce que la VO me faisait un peu peur et finalement, même si je lis bien moins vite qu'en français, je comprends ce que je lis ! 
J'ai aimé retrouver Sookie dans ces nouvelles inédites (il me semble que le recueil n'est pas disponible en français). C'était rafraîchissant ! 
Les nouvelles font une trentaine de pages et sont toutes vraiment géniales. La lecture est vraiment fluide, on retrouve vraiment l'ambiance des romans.
J'avoue avoir eu une préférence pour la seconde : Dracula Night, pour la simple raison qu'on retrouve Eric, qui reste mon chouchou ! 
Par contre, il faut connaitre la saga "True Blood" avant de le lire. Charlaine Harris fait quelques rappels, mais on apprécie beaucoup moins si on ne connait pas je pense...
Une bonne lecture pour ce club !!
 
Très sincèrement je m'étais imaginé que le premier Club de lecture avait eu du succès par attrait de la nouveauté... Je m'aperçois en réitérant l'expérience qu'il n'en est rien, non : L'enthousiasme et l'engouement de mes chers participants est on ne peut plus réel et sincère, ce qui ne cesse de m'étonner, m'impressionner et me ravir, mais surtout me pousse et me motive lorsque le moral vient à baisser, lorsque la fatigue vient à gagner... C'est donc le coeur gonflé d'amour que je clôture ce mois d'octobre et annonce l'heureuse élue du mois, laquelle gagne la chance de recevoir le titre de son choix parmi la sélection de ce mois ! Toutes mes félicitations !
 
 
Et pour Novembre alors ? Et bien on rempile ! Je vous laisse donc découvrir le thème du mois :
Vous savez, ce livre dont la couverture est aux couleurs de l'automne...
 
Les règles restent toujours les mêmes et se trouvent juste ICI si jamais vous aviez besoin d'un petit rappel... Un choix, un mois, deux questions... A vous de jouer mes petits chéris !
Vous avez jusqu'au dimanche 11 novembre pour vous inscrire en me contactant à l'adresse suivante : aurelie.deslivresetmoi7@gmail.com...
Prochain bilan prévu le lundi 03 décembre... Avec un nouveau thème bien sûr ! En attendant, je vous souhaite un très beau mois... Et de très belles lectures !