dimanche 9 octobre 2016

Compte rendu sur la séance de dédicace avec Amélie Nothomb !


Aujourd'hui, laissez-moi donc vous parler de ma dernière rencontre avec la formidable, la fabuleuse, l'inégalable, j'ai nommé la seule et l'unique : Amélie Nothomb !
 
Mais commençons par le commencement : C'est en préparant joyeusement mon article "Auteur'Loupe" sur Bernard Werber que je tombe, totalement par hasard, en fouinant dans l'agenda du site Albin Michel, sur cette séance de dédicace, annoncée ce 06 octobre à 18h00 à la librairie Martelle d'Amiens... AMIENS ?! Mais ce n'est pas loin de chez moi ça !! Je PEUX y aller !! Oui oui, je DOIS y aller !! Comme quoi : Dieu existe !! ^^
 
Je suis donc disponible !! Parfait... Mais ce qui serait idéal, ce serait que je puisse y aller accompagnée... Bah oui :
1/ Je me fais conduire à Amiens !
2/ Je me fais photographier avec mon auteure adorée !
Mon conjoint ne peut pas ? Soit, je ne me décourage pas pour autant... Maaaaaaaaaamaaaaaaaaaan ????? Tu peux ?! Mais c'est trop géniaaaaaaaaaal ! (Oui, je sais, je frise l'hystérie dans ces moments-là !) J'irai donc rencontrer Amélie Nothomb accompagnée de ma Môman ! Je vous le dis : Dieu existe VRAIMENT ! ^^
 
 
Forte de ces renseignements, j'annonce donc à mes collègues que je quitterai le travail plus tôt ce jeudi... Je n'en dis pas plus, préférant garder la surprise totale et l'instant magique ! Le jour J arrive et c'est fébrile que je rejoins la voiture de ma Môman à 16h15, bien décidée à arriver à l'avance... Mais c'était sans compter ces sal***ries de put*** d'embouteillages de m***e ! (Oui, je sais, je frise l'incorrection dans ces moments-là !) Car une fois quittée l'autoroute, il m'a fallu prendre mon mal en patience pour rejoindre l'un des parkings du centre-ville amiénois... Je commence à désespérer de seulement arriver à l'heure, mais la libération arrive enfin lorsque ma mère se gare à la place 256 ! Il est 17h40... La librairie est annoncée à 11 minutes à pieds... Allez Môman, on se dépêche ! Trépignant devant les passages piétons, je m'élance et pars alors à l'assaut de la librairie Martelle, entraînant ma pauvre Môman qui trottine derrière moi mais ne bronche pas... "Allez vite Môman, plus que 200m !" "Oui oui, j'arrive !" (Elle est gentille ma Môman, hein !) Et c'est aussi ravie (pour moi !) qu'essouflée (pour ma pauvre Môman !) que nous franchissons en conquérantes les portes de la librairie tant désirée! Il est 17h50 ! Fuck le GPS, je l'ai fumé d'une minute ! Ha ha !
 
Une fois sur place, je fais un petit tour, ne sachant pas trop où aller, mon cerveau n'assimilant pas encore le principe de la file d'attente qui se déroule pourtant juste sous mes yeux... Ma Môman si, elle s'y colle d'ailleurs sans attendre... (Elle est intelligente ma Môman, hein !) et mon coeur me dirigeant insconciemment vers mon auteure adorée, qui apparaît juste devant moi au détour d'une étagère, répondant tranquillement à quelques questions pour une interview ! Je me mets alors en mode bouche ouverte, bave au coin des lèvres... Nan, pas quand même, je vous rassure... Mais presque !
 
Celle-ci rejoint ensuite le début de la file pour s'y installer autour d'une petite table accompagnée d'une charmante dame (vraisemblablement Anne Martelle, mais je n'avais d'yeux que pour Amélie, moi, désolée !) qui nous la présente en quelques mots avant de nous laisser la rencontrer, privilégiant au maximum l'échange entre l'auteure et ses lecteurs, ce qui est vraiment très appréciable. Je rejoins donc à mon tour ma (très prévoyante !) Môman et, bien que dans le première moitié de la queue, je me prépare à de longues minutes d'attente fébrile, prenant quelques photos de l'idôle, écoutant les propos de mon auteure adorée tandis que ses lèvres s'approchent de sa taditionnelle coupette de champagne (je retiendrai d'ailleurs ce mot, à l'occasion d'une gorgée : "Je fais un métier qu'est pas franchement dégueulasse!"), surveillant la caisse et les piles de "Riquet à la Houppe" qui disparaissent plus vite que leur ombre, regardant la file d'attente s'allonger au fil des minutes, discutant avec ma (très patiente !) Môman, la harcelant pour vérifier qu'elle sait bien se servir de mon appareil photo (Oui, je sais, je frise la connerie dans ces moments-là !) qui s'exécute pourtant sans rechigner... "Tiens, tu vois que je sais prendre des photos, quand même !"
 
Et le temps passe, me rapprochant peu à peu de mon auteure adorée, ravivant ma timidité maladive, pourtant combattue chaque jour... "Mais non, il n'y a aucune raison de stresser, ça ne peut que bien se passer!" (Elle est rassurante ma Môman, hein !)
 
 
1h40 plus tard, c'est donc mon tour ! Je m'approche donc à pas de mon auteure adorée à petits pas feutrés, et  celle-ci me décroche alors un saisissant "Bonjour jolie demoiselle, mais nous nous connaissons déjà !" qui me fait définitivement perdre tous mes moyens ! Et oui, Aurélie rougit, Aurélie sourit béatement, Aurélie buggue ! C'est donc ma (très attentionnée !) Môman qui lui répond "Oh oui ! Elle vous lit depuis de nombreuses années !" qui me permet de reprendre pieds dans cette formidable réalité ! J'échange donc volontiers quelques mots avec cette auteure formidable qui se souvient m'avoir déjà rencontrée, ce qui me met décidément en joie ! Les joues en feu, je n'oublie pas de faire dédicacer mes exemplaires de ses deux derniers romans avant la sacrosainte photo que ma mère réussit à merveille (Merci Môman !!!), ma Môman fait de même avec son exemplaire avant que je ne la prenne moi-même en photo, et c'est donc le coeur et les yeux remplis d'étoiles que je quitte mon auteure adorée, celle-ci me saluant d'un émouvant "Ecrivez-moi!", me faisant ainsi manquer un battement de coeur !
 
Particulièrement touchée de l'attention qu'elle m'a portée durant ces quelques minutes de conversation, cette fois c'est décidé : je vais vaincre ma timidité et, oui, je vais lui écrire... Car je vous le dis, c'est officiel : Dieu existe !